On vous en parlé, on vous l’a teaser, on l’a préparé , le voici le petit dernier arrivé chez American Motors Travel (et ce n’est pas le dernier !) le TEXAS TOURS ! Un road trip entre cowboys, musique et plage pour un dépaysement maximal !

L’image du Texas, c’est les grands espaces et les cowboys, (bon en même temps avec une superficie de 695 662 km², le Texas est plus grand que l’Allemagne, l’Angleterre, l’Ecosse, l’Irlande, la Belgique et les Pays-Bas réunis !) mais pas que …. A nous de vous faire découvrir tout ce que cet état regorge d’étonnant et de joyaux.

 Le Texas, ce sont des villes dynamiques comme Dallas, Austin, Houston ou San Antonio, qui sont aujourd’hui des moteurs pour les états unis tout entier en accueillant de grandes entreprises (Dell, Tesla…) ou la centre de supervision de la NASA par exemple. Pourtant celles-ci possèdent une vraie âme, de San Antonio l’une des plus vielle ville des Usa à Dallas et son esprit cowboy en passant par Austin et sa culture musicale (elle est même la « capitale mondiale de la musique Live »), chacune a son identité propre qui sera vous ravir et vous emmener chaque fois plus loin et plus profondément dans la culture Texane.

A côté de ces grands ensembles on trouve des villes plus petites, encore plus authentique où vous retrouverez le charme d’antan tout en en apprenant plus sur le passé de cet état fondateur dans l’histoire américaine. On peut par exemple citer Fredericksburg et son passé allemand, Nacogdoches et Jefferson qui ont gardé ce charme du passé, une ambiance du Texas du début du siècle. Ou encore Forth Worth et Bandera foncièrement marquées de la culture cowboy, cultivant leur emplacement sur le Chisholm Trail, cette piste du Rio Grande au centre Kansas fut empruntée par de nombreux cowboys pour convoyer du bétail, marquant durablement les villes prospérant le long de celle-ci. Ou bien laissant des « Ghost towns » pour celles qui n’ont plus résister à la modernisation et au chemin de fer qui remplaça ces longs convois d’hommes et de bêtes.

Et c’est sans compter sur les villes balnéaires qui jalonnent la côte et qui ont su se développer alternant entre port commerciaux et villes dédié à l’Entertainment. Tels que Galveston ou Corpus Christi.

L’histoire reste très omniprésente au Texas, des amérindiens Caddo à la conquête spatiale, en passant par la découverte des gisements de pétrole, vous ne manquerez pas de sites à découvrir et explorer pour revenir sur le passé de cet état majeur.

Quand on pense au Texas, on a plutôt en tête les grandes étendues désertiques de la panhandle que traverse le fameuse Route 66 au nord de l’état. Pourtant l’état regorge de parc nationaux, d’étendues verte et même de bayous, vous rappelant que la Louisiane n’est pas loin. Vous offrant la possibilité de côtoyer tortues de mer, tatous et autres crocodiles durant votre séjour.

De bayous en vignobles, de désert en bord de mer, la nature change et vous dépaysera à chaque virage : dépaysement garanti !

Une richesse qui vous permettra au cours de votre road trip de multiplier les expériences : prenez-vous pour un cowboy le temps d’un après-midi en chevauchant un cheval et nourrissant les bêtes des ranchs. Jouissez des nombreux concerts à Austin, touchez une roche lunaire à Houston, partez sur les traces des derniers moments du fameux Davy Crockett à Fort Alamo ou encore faire une promenade en bateau dans les bayous de l’est du Texas. De quoi agrémenter votre séjour et vous laisser des souvenirs plein la tête !

Et pour ne pas vous laisser en reste vous pourrez régaler vos papilles et vos oreilles tout au long de votre trajet : vous voilà au cœur de la Tex-Mex food ! Fusion de la nourriture américaine et mexicaine que l’on ne peut qu’apprécier ! Mais il n’y a bien sûr pas que cela à déguster : les fameux gombos et autre spécialité du sud sur la partie Est, et bien sûr les barbecues, dans un état dédié à l’élevage. Presque une religion au Texas ! Pour les oreilles, rendez-vous dans les Honky Tonk (sorte de pub dédié à la country), dans les bars d’Austin pour profiter de la musique live mais aussi aux racines du Blues à Houston.

Vous n’avez plus aucune raison d’attendre pour découvrir notre nouvelle pépite => https://www.american-motors-travel.com/voyage-a-moto/etats-unis/texas-tours-119

Aujourd’hui c’est le Cinco de Mayo, une fête importante pour le peuple mexicain (mais ce n’est pas la fête nationale qui est célébrée le 16 septembre). Et d’autant plus importante qu’elle est fêtée avec force par la communauté mexicaine fortement présente en Californie.

Un petite peu d’histoire pour commencer: le Cinco de Mayo célèbre la victoire des troupes mexicaine sur les troupes française dans la ville de Puebla (à environ 2h au sud-est de Mexico) le 5 mai 1862. Le Mexique alors en guerre civile a contracté de nombreuses dettes, qu’il choisit de ne pas honorer afin de reconstruire le pays. L’empereur Napoléon III en profita pour envoyer 6000 hommes au Mexique et ainsi instaurer une domination française sur une ancienne colonie espagnole. Le Cinco de mayo est un jour de fierté pour les Mexicains, qui réussirent avec seulement 4000 hommes mal équipés à repousser les troupes françaises. Malgré cette victoire, les Mexicains perdirent ensuite la guerre face aux 30 000 soldats français qui occupèrent la capitale. Il faudra ensuite l’aide des Etats-Unis (qui avaient alors terminé la guerre civile) pour obtenir son indépendance définitive en 1867.

Le Cinco de Mayo, est une fête optionnelle au Mexique où elle principalement célébrée dans l’état de Puebla. D’ailleurs elle ne porte pas le même nom et s’appelle là-bas « Dia de la batailla de Puebla ».  Elle est finalement beaucoup plus populaire aux Etats-Unis où elle est célébrée depuis 1863 en Californie. La première célébration eu lieu à Los Angeles, en apprenant la nouvelle du triomphe de la petite armée mexicaine face à l’ogre français, les mineurs de la ville tirèrent des coups de fusil dans les airs et entamèrent des chants patriotiques. Celle-ci serait devenue vraiment populaire dans les années 40 au moment de l’essor des mouvement Chicanos. Ceux-ci ayant choisi cette date pour célébrer leurs racines mexicaines et leur culture en faisant la fiesta.

Aux états unis c’est l’occasion de faire une décoration dédiée (vous connaissez maintenant leur folie pour la déco), de porter un sombrero, de s’empiffrer de taco, nachos, guacamole et bien sûr de boire de la Tequila. Les écoles organisent des cours dédiés et des évènements spéciaux pour sensibiliser les enfants à la culture des américains d’origine mexicaine.

Les plus grandes célébrations se déroulent dans des villes telles que Los Angeles, San Jose, San Francisco, San Antonio, Sacramento, Phoenix, Albuquerque, Denver et El Paso dans les régions du sud-ouest des États-Unis où une grande partie de la population est d’origine mexicaine. 

A Los Angeles, les festivités se déroulent sur Olvera Street, le quartier historique mexicain avec son petit marché typique. Au Cinco de Mayo, on peut assister à des concerts de mariachis et des présentations de danses régionales. des jeux pour enfants, des show de luche libre…

Si ces festivités ont commencé dans le sud-ouest des Etats Unis, elles s’étendent aujourd’hui tout le pays de New York à Washington en passant par Chicago ou encore Houston. C’est devenu un peu l’équivalent de la ST Patrick pour les irlandais. Un jour non férié mais où on célèbre les différentes origines de ceux qui composent aujourd’hui le peuple américain !

Alors prêt à vivre ces festivités au cœur des communautés hispaniques, et surtout de profiter de la nourriture Tex Mex  ? Le mois de Mai est idéal pour visiter la Californie( que vous retrouvez dans nombres de nos circuits) ou pour faire un tour au Mexique (à retrouver en 2022! Stay Tuned! )

https://www.american-motors-travel.com/voyage-a-moto/etats-unis/california-tours-42

https://www.american-motors-travel.com/voyage-a-moto/etats-unis/western-tours-171

https://www.american-motors-travel.com/voyage-a-moto/etats-unis/american-dream-tours-86

https://www.american-motors-travel.com/voyage-a-moto/etats-unis/best-of-the-west-tours-244

et bien sûr à incorporer dans votre voyage sur mesure:

https://www.american-motors-travel.com/voyage_sur_mesure.php

On les sait les américains sont les champions des festivals, du plus local comme un concours de manger de Hot dog au plus international comme Burning Man, les américains aiment les festivals et savent les faire ! Même si parfois, ceux-ci sont des plus étranges parfois incompréhensibles, ils rassemblent beaucoup d’adeptes et permettent de s’amuser… Alors à vos calendriers pour en ajouter quelques-uns à votre bucket list :

  • THE GROUNDHOG DAY Punxsutawney – Pennsylvanie (02 Février)

Commençons par un des plus vieux festivals, puisqu’il aurait été créé 1887. Littéralement « le jour de la Marmotte », The Groundhog day est célébré tous les 02 février à Punxsutawney en Pennsylvanie. Durant le festival, ma marmotte Phil est mise en valeur, si elle sort de son terrier et ne prend pas peur l’hiver sera court mais si elle prend peur de son ombre (car il fait beau) et rentre rapidement dans son terrier, l’hiver durera six semaines supplémentaires. Une congrégation d’homme en queue de pie et Chapeau haut de forme, est garante de cette prédiction (ils discutent avec la marmotte avant que celle-ci ne retourne dans son terrier) et livrent la prédiction au monde. D’ailleurs, la ville se targue aujourd’hui d’être la « capitale mondiale de la météo ». Pour en voir un peu plus, vous pouvez revoir le film « un jour sans fin » avec Bill Murray et Andie MacDowell, dans lequel vous pourrez voir cette tradition.

  • FROZEN DEAD GUY FESTIVAL Nederland – Colorado (début mars)

L’histoire commence quand en 1989 Bredo Morstoel (alias « Grandpa ») décède en Norvège, son corps est cryogénisé pour rejoindre son petit-fils aux USA. L’action illégale est finalement découverte par les autorités et la famille, faute de visa est renvoyé en Norvège. Le grand père devait être décongelé et renvoyé dans son pays mais c’était sans compter la sur la ferveur des habitants de la ville qui réussirent à conserver ce corps dans l’état. Tous les mois des bénévoles et spécialistes gèrent la glace et les conditions de « survie » de ce corps. Dans tous les cas, il n’en fallait pas plus aux américains pour inventer un festival pour le célébrer. Depuis 2002, au mois de Mars la station (située à plus de 2500m d’altitude) célèbre « Grandpa Bredo » en grand pompe : course de cercueils, concours de plongeon costumé en eau glacée, babyfoot humain, concours de t-shirt congelé, concours de changement de pneu (sur un vélo) avec les mains gelées… bref, beaucoup d’activité plus loufoques les unes que les autres, le tout accompagné de concerts, dégustation de bières locales et marché. De quoi passer un bon moment !

  • EEYORE’S BIRTHDAY PARTY Austin – Texas (dernier samedi d’avril)

Oui oui, il s’agit de la fête d’anniversaire de Bourriquet, l’ami de Winnie L’ourson ! Une tradition depuis 1963 dans le Pease District Park au centre-ville d’Austin, organisé par les professeur et étudiants de l’Université du Taxas pas très loin. Ce qui était une petite fête étudiante est devenue en quelques année un festival majeur de la sous culture hippie de la ville. Aujourd’hui on y retrouve des groupes lives (notamment des ensembles de tambours allant jusqu’à la centaine de batteurs), des vendeurs ambulants de nourriture, bières locales et autres boissons, artisanat, concours de costumes et lancée d’œufs…. Tous les bénéfices sont reversés aux œuvres caritatives de la ville.  

  • UFO FESTIVAL Roswell Nouveau Mexique (1er week end de Juillet)

Ha ! Roswell, la ville capitale mondiale des OVNIS, ne pouvait se passer de son festival ! AU programme bien sûr parade d’aliens avec concours du meilleurs costumes, conférences sur le thème, visite du site du crash et même foire rassemblant des jouets d’époques sur le thème des aliens bien sûr.

Dans le même genre, Le Mothman Festival (en Virginie Occidentale) rejoint l’UFO Festival. La légende raconte qu’en 1966 une créature ailée aux yeux rouges (un homme- papillon de nuit) a été vue à Point Pleasant. Depuis, conférences paranormales, concours de costumes, visite de la zone… se déroulent sur 3 jours en septembre.   

  • UNDERWATER MUSIC FESTIVAL Keys – Floride (mi-Juillet)

Un festival de musique sous l’eau ? c’est ce à quoi vous pourrez assister dans les Keys, dans la pratique, de la musique est diffusé sous l’eau a l’aide de grand haut-parleurs water proof, c’est surtout l’occasion pour les participants de de se déguiser (de la sirène à Bob L’éponge) pour reproduire un mini concert en wat’air guitare (effet de mimer le concert sans jouer). La musique est bien sûr dédiée : « Yellow Submarine », « Sous l’océan » de la petite sirène… le thème est choisi. En vrai c’est surtout l’occasion de faire la fête et de sensibiliser à la préservation du récif coralien.

  • WAYNE CHICKEN SHOW Wayne-Nebraska (mi-juillet)

Un festival dédié au poulet, aux poules et aux poussins. Tout un programme mais propice à de multiples activités !  Des parades, des concours de costumes, concours de chant ou de vol de poulet (vous pouvez en louer un pour participer !), lancer (et rattrapage d’œufs sans s’en mettre partout …. Et bien sûr concours culinaire autour du volatile !

  • COW CHIP THROW Prairie de Sac- Wisconsin (Août)

Littéralement lancer de bouse de vache ! Apparemment c’est devenu un sport dans les années 70 et le record est à 248 pieds (soit plus de 75m) bien sûr, les gants sont interdits. Bon comme les autres c’est l’occasion de faire la fête : concerts, courses de 5 km, beer garden, marché artisanal, jeux pour enfants…. Et l’occasion de récolter des fonds pour des œuvres caritatives …. Alors si c’est pour la bonne cause …

  • THE TESTICLE FESTIVAL Clinton-Montana (Août)

Ce n’est pas une farce ou peut être que si , le « Testy Fest » ( nom un peu plus conventionnel), avant tout hommage au Rocky Mountains Oyster, ne pensez pas qu’il s’agisse d’huitres des Rocheuses, puisque c’est en fait le petit nom pour les testicules de taureau ( à l’origine frites), plat typiques de la région. Alors vous l’aurez compris un festival qui leur est dédié est l’occasion de jouer sur les mots et de proposer un peu tout et n’importe quoi… Concours de dégustation de ces oysters (enfin c’est vite dit il faut en manger le maximum en moins de 4 min) ou de boulettes de viandes, concours de t shirt mouillé, de tatouages, élection de miss, courses en sous-vêtement (ou pas !)…. On est plus proche du festival du n’importe quoi que d’un événement caritatif et pourtant comme souvent, les profits vont aux associations locales et notamment à un organisme de bienfaisance pour le cancer des testicules.  

  • ROADKILL COOK OFF Marlington – Virginie Occidentale (Septembre)

Restons dans le bon goût avec ce festival de la viande écrasée du bord de route. Oui, oui là encore vous avez bien compris. Sont acceptés dans le concours la marmotte l’opossum, le cerf, le lapin, l’ours, l’écureuil, la corneille, la dinde ou encore le serpent…l’occasion de tester des plats disons quelque peu « exotique », bon vous y trouverez également un marché local d’artisanat ou des dégustations de vins locaux pour faire passer tout ça…  

  • EMMA CRAWFORD COFFIN FESTIVAL Manitou Springs – Colorado (Fin Octobre)

Avec Halloween le même mois il n’en fallait pas plus cour créer une course démente : une course de cercueil ! La ville cherchant a booster son tourisme en cette période creuse eu l’idée de reprendre une histoire locale. Emma Crawford, atteinte de la tuberculose, vint à Manitou Springs dans les années 1880 espérant que les eaux thermales soigneraient son mal. Malheureusement elle y décéda en 1891 et ses dernières volontés furent que son cercueil soit porté en haut d’une des montagnes environnantes. Quelques années plus tard, l’érosion, des tempêtes et des travaux de chemins de fer, ont eu raison de la stabilité de la montagne et ses restes ont dévalés la montagne. Il parait que depuis celle -ci est hantée mais cela n’empêche pas la ville d’attirer de nombreux amateurs de courses déjantées.

Voilà un premier jet, mais les festivals loufoques ne manquent pas aux USA : on peut citer par exemple, Le Trenary Outhouse Classic (course de toilettes mobiles et en plus dans la neige) en Février au Michigan/Festival de Mike le poulet sans Tête, fin mai au Colorado/ Festival des jumeaux en Aout en Ohio/ Festival de l’ail fin juillet en Californie/ Punkin Chunkin en novembre en Illinois (le but étant de lancer sa citrouille par tous les moyens possible….)

Alors lequel voulez-vous ajouter à votre liste ?

https://www.american-motors-travel.com/

Ah ! le delta du Mississippi, ses champs de coton et ses petites villes au charme désuet d’antan presque à l’abandon, c’est là qu’est né le Blues, c’est là qu’il revit. Chaque année au mois d’avril, la ville de Clarksdale renait de ses cendres pour célébrer ses racines.

Le Junk Joint festival c’est l’occasion de vivre au cœur le blues, de ressentir d’où il vient. Le vrai Blues est né ici dans le Delta, et même si certains sont partis à Chicago en quête d’un avenir meilleur, l’âme de cette musique reste ici. C’est dans cette ville que R. Johnson aurait passer un pacte avec le diable pour savoir jouer de cette musique comme personne. Le festival se déroule dans la rue, dans les bars un peu partout en ville avec pas moins de 40 scènes s’offrant à vous !  : Christone « Kingfish » Ingram, Reverend Peyton’s Big Damn Band, James « Super Chikan » Johnson, Watermelon Slim…sont parmi les noms prévus pour cette année (une édition un peu particulière on s’en doute…mais qui aura tout de même lieu) et ne manquez pas le Cat Head mini blues festival le dimanche devant le Cat Head Store, une référence à ne pas manquer, vous y trouverez tout ce qui peut toucher au Blues : livres, magazines, CD, mugs, affiches… que du folk art. Une adresse où s’arrêter et qui propose une programmation locale de qualité lors du festival.

C’est aussi une mini-foire qui s’empare de toute la ville durant ce Week end prolongé et vous plonge dans l’Amérique profonde: courses de porcs, des singes à cheval sur des chiens, des activités pour enfants mais aussi un marché artisanal et des tentes de restauration, de quoi vivre l’expérience à fond ! Le festival est géré par une association qui a pour but de maintenir le Blues vivant, et croyez nous qu’ils y arrivent !

Visiter Clarksdale, c’est revenir sur la vie de ce sud si chargé, d’histoire, d’émotion et de douleur. Le Blues évoque la vie des noirs du Delta, leurs souffrances dans les champs et leurs espoirs noyés dans un mauvais alcool. C’est tout cela que l’on ressent à Clarksdale. L’ambiance même de la ville vous y plonge. A moitié abandonnée pas encore ghost town mais qui revit aujourd’hui de ses cendres grâce au Blues, la ville est endormie mais reste foncièrement authentique. C’est la ville natale de Junior ParkerBukka WhiteSon HouseJohn Lee HookerEarl HookerIke TurnerSam Cooke, Willie Brown, Johnnie B Moore, Blind Mississippi Morris, O.B. Buchana, Mark « Mule man » Massey. Et Muddy Waters a vécu à Clarksdale jusqu’en 1943. Bessie Smith y est décédée en 1937, après un accident. De quoi justifier son nom de berceau du Blues !

Traversée par la voie ferrée qui permis à la population noire de remonter vers le nord, elle est surtout à la croisée des Routes 49 & 61 (revoir notre article sur la route des Bluesmen ici). C’est d’ailleurs à cet endroit que l’on trouve le fameux embranchement où R. Johnson, aurait fait son pacte. Mais venir à Clarksdale, c’est surtout pour vivre la musique dans les bars bien sûr, mais surtout dans les Junk Joint à la décoration brut, dépouillée, à l’aspect extérieur peu engageant. Ground Zero est sans doute le plus connu, car appartenant en parti à Morgan Freeman, mais la programmation y reste très bonne, l’acteur étant un très bon connaisseur de Blues. Rendez-vous également au Red’s Loundge, plus petit mais son authenticité pure compense.

Tous les sites de Clarksdale sont liés à la musique. Ainsi on y retrouve le Delta Blues Museum, qui depuis 1979 s’est donné pour mission de collecter, préserver et sensibiliser le public au Blues (vous pourrez faire un beau combo puisque le Ground Zero est juste en face). Costumes, Disques instruments (la guitare de B.B King y est) et même la maison natale de Muddy Waters ! (qui a été démonté et reconstruite au musée). En ville, vous pourrez également voir la maison natale de Ike Turner, l’hôtel Riverside où Ike Turner aurait écrit le titre « Rocket 88 », mais surtout où est décédée Bessie Smith lorsque le bâtiment était encore un hôpital réservé aux noirs. Ou bien manger un bout au Abe’s BBQ, il parait que Robert Johnson s’est assis sur ses banquettes, prendre une bière au Delta Blues Alley Café. Pour un peu plus d’histoire, sachez que le romancier Tennesse Williams a vécu à Clarksdale, vous vous pouvez donc visiter la maison de son grand père qui y été pasteur. Et surtout n’hésitez pas à vous balader en ville, de nombreuses peinture murales rendent hommage à la musique, l’histoire, à l’esprit de Clarksdale.

Alors prêt à partir pour retrouver les origines du Blues ?

Deux de nos circuits passent par cette ville à part, authentique et fière

https://www.american-motors-travel.com/voyage-a-moto/etats-unis/route-du-blues-tours-72

https://www.american-motors-travel.com/voyage-a-moto/etats-unis/magie-du-sud-tours-119

et bien sûr dan votre prochain voyage sur mesure :

https://www.american-motors-travel.com/voyage_sur_mesure.php

Tous les ans (sauf en cette période particulière) a lieu l’un des festivals les plus connu au monde, mais aussi des plus médiatisé : Coachella. Stéréotype du glamour et des paillettes, du bobo hippie chic, c’est aussi un des festivals accueillant de très grandes têtes d’affiches et une consécration pour de nombreux artistes. Se déroulant à quelques heures à peine de Los Angeles, assister au festival de Coachella, c’est aussi l’occasion de croiser de nombreuses stars ou voir les dernières œuvres d’artistes en vogue. Pour nous, c’est l’occasion de vous présenter cette vallée qui abrite également la ville de Palm Springs que vous découvrirez dans plusieurs de nos circuits. Même si vous n’avez pas réussi à avoir vos billets, la ville de Palm Springs propose de nombreuses activités durant les week-end du festival. Expositions d’architecture et artistique, balade en chameau dans le désert… il y en a pour tous les goûts.

Véritable oasis dans le désert de Californie, la ville de Palm Springs est plébiscitée pour sa douceur de vivre depuis de nombreuses années. Située à seulement 170 km de Los Angeles, vous quitterez en à peine 2 heures, le tumulte de la « Cité des Anges ». C’est pourquoi depuis les années 20, la ville est devenue le havre de paix des stars hollywoodiennes. C’est d’ailleurs un des attraits de la ville : aller voir les maisons des stars. L’architecture mid-century, a la part belle dans la ville. Les stars rivalisant pour se faire construire les plus belles villas, les plus avant-gardistes. Un tour vous est proposé pour voir celles de Frank Sinatra, Marylin Monroe, Dean Martin, Elizabeth Taylor et Elvis Presley… (pour rappel le chanteur est venu à Palm Springs pour passer sa lune de Miel avec Liza Marie). Rendez-vous au visitor center qui se trouve dans une ancienne station service des années 60 pour y trouver les renseignements. D’ailleurs, les trottoirs de Palm Canyon DriveTahquitz Canyon Way et Museum Drive accueillent un mini Walk of Stars, elles ne sont pas toutes connues mais on retrouve quand même celles de Marilyn et d’Elvis, à vous de les trouver ! Les resort sortent aussi leurs épingles du jeu proposant une architecture aux lignes droite typique des années 50, et aux couleurs acidulées, le tout très instagramable comme par exemple le Saguaro. Profitez de cette ambiance en vous baladant sur la rue North Palm Canyon Drive, plusieurs boutiques vous proposeront des pièces designs et coloré du parfait style Palm Springs et tous les jeudis soir, un marché nocturne anime cette artère jusqu’à 22h.  

Même si Palm Springs a connu ses heures de gloire dans les années 40-50, la ville était un point d’arrêt beaucoup plus vieux, ce site de villégiature a accueilli les voyageurs et devient à la mode dès les années 1900. Ainsi vous pouvez visiter la Palm Springs Historical Society, pour en apprendre plus sur le passé de la ville. Si vous voulez remonter au passé indien de la vallée, rendez-vous à l’Agua Caliente Cultural Museum.

La région de Palm Springs a tout d’un paradis géologique : désert, formation rocheuses, sources naturelles formant des vallées peuplés de palmiers dattiers. Vous trouverez forcément de quoi vous dépayser ! A quelques encablures, il est possible de se rendre au sommet du Mont Jacinto via un téléphérique à plateforme tournante. D’en haut, la vue sur la vallée est saisissante, et vous permet d’apprécier les caractéristiques de cette vallée si particulière. Il parait que le soir, on peut apercevoir les lumières de Las Vegas ! Par contre, pensez à prendre une polaire ou un coupe-vent, vous monterez à plus de 2600m en 10 minutes, et vous perdrez près de 15°. A quelques miles au sud, rejoignez l’Indian Canyon, une petite oasis en plein désert : une rivière, des rochers, des palmiers majestueux, et un canyon pour offrir de belles vues sur l’oasis et la vallée !  

Si vous souhaitez rouler pour profiter de la beauté des environs rejoignez la Palms to Pines Scenic Byway, une boucle d’une centaine de kilomètre pour vous offrir des vues à couper le souffle. Mais attention, il s’agit d’une zone protégée donc vous risquez de croiser des animaux (bighorn sheeps, pytargues, cerfs, lynx…). En revenant sur Palm Springs, faites un arrêt auprès de l’impressionnant champs d’éolienne. C’est également la route pour rejoindre le magnifique Joshua Tree National Park, qui abrite la plus grande concentration de cactus (Joshua Tree) au monde.

Une halte au charme rétro, au cœur du désert que vous pouvez retrouver dans nos programmes Western Tours : https://www.american-motors-travel.com/voyage-a-moto/etats-unis/western-tours-171

American dream Tours https://www.american-motors-travel.com/voyage-a-moto/etats-unis/american-dream-tours-86

et Best of The West https://www.american-motors-travel.com/voyage-a-moto/etats-unis/best-of-the-west-tours-244

 et bien sûr dans vos programmes sur mesure : https://www.american-motors-travel.com/voyage_sur_mesure.php

Si Hollywood, reste la Mecque du Cinéma, l’est des États-Unis n’est pas en reste en ce qui concerne les lieux de tournage. De new York à l’Alabama en passant par Chicago, on repart sur les routes de nos films préférés !

Les lieux de tournages à New York ne manquent pas, tout comme Los Angeles la ville a accueilli de nombreuses productions. Mais revenons sur les lieux emblématiques de la ville qui on n’en doute pas saura vous rappeler des souvenirs :

Lieux les plus populaires :

Central Park : On peut voir ce magnifique poumon vert dans de nombreux films : de « Diamants sur Canapé » aux « Avengers » en passant par la plupart des comédies romantiques auprès de la fameuse fontaine, c’est un de points névralgiques de la ville. Sans compter bien sûr les nombreuses séries tournées sur place (« Friends« , « How I met your mother« …).

Times square, l’Empire State Building, le pont de Brooklyn, Tiffany’s &co sur la 5th avenue… tous ces points sont reconnaissables entre mille. Mais voici deux -trois sites un peu plus difficile à trouver :

Pour une bonne dose d’années 80 : la caserne des Ghostbusters se trouveau 14 N Moore St, à Tribeca. Encore dans son jus, elle nous transporte directement dans l’univers du film ! Pour information, la caserne est toujours en service et elle fut d’ailleurs l’une des premières à intervenir sur la catastrophe du World Trade Center faisant parti des plus proches.  

Le Katz’s Delicatessen, c’est dans ce « deli » (typiquement New Yorkais) qu’à lieu la fameuse scène de Meg Ryan dans le film « Quand Harry rencontre Sally« , un incontournable des comédies romantiques et de délicieux sandwichs… une pierre deux coups pour ce site situé au 205 East Houston Street et Ludlow Street, Manhattan. Et pour le petit dernier en dehors des sentiers battus, on peut parler de la magnifique propriété des Corleone à Staten Island au 110 Longfellow Avenue. Dans tous les cas, gardez l’œil ouvert beaucoup de séries sont tournées dans les rues et il n’est pas rare de tomber sur de petites affiches colorées indiquant un tournage et il arrive même que les passant soient invités à jouer les figurants !

Les sites ne manquent pas dans le reste des états donc passons directement aux plus emblématiques :

Pour un peu de frissons, vous pouvez passer à la maison d’Amityville au 18 Brooks Road, Toms River pour la version des années 80.

Un peu plus au sud, faites un stop à Philadelphie pour grimper (en courant ou non) les marches du Philadelphia Museum of Art. En haut, vous attend une statue de Rocky dont Sylvester Stallone a fait cadeau ! La ville abrite également de nombreux lieux de tournage de la plupart de « Rocky« , « Sixième Sens » ou encore « Philadelphia« . Et si vous suivez le fleuve Delaware, vous arriverez à l’école Saint Andrew de Middletown qui ont été utilisés pour représenter la Welton Academy du magistral « Le Cercle des Poètes disparus ».

A Washington, on ne compte plus bien sûr les plans sur le Capitole, la Maison Blanche, ou encore le Pentagone, mais toujours pour le petit frisson, sachez que la maison de l’Exorciste se trouve dans le quartier de Georgetown au 3600 Prospect Street NW.

En Virginie, si vous vous rendez au Mountain Lake Hotel à Pembroke, vous pourrez revivre la comédie romantique Dirty Dancing (les scènes de nature ont été tournées au Lake Lure en Caroline Nord). La Ligne Verte a également été tourné dans la ville de Blowing rock.

La Caroline du Sud a abrité quant à elle des scènes de Forrest Gump (mais on vous en à déjà parler ici) mais également dans un autre genre des scènes du film « Une journée en enfer » (avec Bruce Willis).

En parlant de Forrest Gump, on ne va pas vous reparler de Savannah et des lieux de tournages en Géorgie (que vous retrouvez également dans l’article sur ce film) mais la ville a également abrité le film « Les nerfs à vif » , « Minuit dans le jardin du bien et du mal ». Dans le même état, la ville d’Atlanta accueille aujourd’hui de plus en plus de grosses productions comme « Avengers » ou « Black Panthers » mais aussi des séries très populaires comme « The Walking Dead » ou « Stranger Things ».

Quand il s’agit d’avoir des plans de cocotiers et de plages de rêves, la Floride est une destination de prédilection : « Golfinger « ,  « le Parrain 2 », « Scarface« ,  « Edward aux mains d’argent« ,  « l’arme fatale 3 »,  « Apollo 13 » … Bref, beaucoup de grands films ont trouvé leurs décors dans sites paradisiaques de cet état.

Plusieurs films historiques ont été tournées en Alabama, notamment « Selma » et « The Rosa Parks story » sur les lieux même de l’histoire – à noter c’est également dans cet état que fut tourné le film « Big Fish ».

Peu de grosse production dans l’Ohio mais si vous passez par là faites un détour par la maison d’arrêt de Mansfield. En effet, celle-ci a servi de décor aux films « Tango & Cash », et surtout « Les Evadés «  !

Plus au nord, Chicago a été le décor d’autant de film que New York, de la « Mort aux trousses« , aux derniers « DC Comics« , la ville est le décor de typique de la ville industriel. Rendez-vous à la Pilgrim Baptist church pour retrouver les décors des « Blues Brothers« , au Blackstone Hotel pour « les Incorruptibles« . Mais la ville a également servi pour « Backdraft« , « le Fugitif« , « les Affranchis« , et les « Batman » de Nolan. Aux alentours, sachez que la maison de Mc Callister (la famille de « Maman, j’ai raté l’avion« ), elle se trouve à Win­netka au 671 Lin­coln Avenue.

Le centre des Usa n’a pas accueilli beaucoup de production mais le Sud et notamment la Louisiane a su sortir son épingle du jeu. Avec ses quartiers typiques, ses plantations et ses bayous, la Louisiane est même devenue la capitale mondiale des productions cinématographique en 2013.

  • Un tramway nommé Désir (1951)
  • Easy Rider (1969)
  • Mon nom est Personne (1973)
  • Entretien avec un vampire (1994)
  • L’Affaire Pélican (1993)
  • Ray (2004)
  • L’étrange histoire de Benjamin Button (2008)
  • La Princesse et la Grenouille – Disney (2010)
  • The Expendables (2010)
  • Django Unchained (2012)
  • Le Majordome (2013)
  • Dallas Buyer’s Club (2013)
  • 12 years a Slave (2013)
  • Green Book : sur les routes du Sud.

La Louisiane est beaucoup utilisée pour ses plantations, demeures historiques antebellum permettant de se plonger dans l’histoire des USA. D’ailleurs, la plupart de celle-ci se trouve sur les abords du Mississippi, vous pourrez les visiter en suivant les berges du fleuve.  

La liste est bien sûr non exhaustive, les États-Unis regorgent de nombreux sites de tournages, les réalisateurs exploitant la diversité des paysages, des couleurs et l’histoire du pays pour illustrer les meilleurs scénarios. Alors n’hésitez pas avant de partir de vérifier que vous n’allez pas passer à côté des sites de vos films préférés.

https://www.american-motors-travel.com/voyage_sur_mesure.php

Forcément si on parle de cinéma, on ne peut pas passer à côté des Etats-Unis et bien sûr d’Hollywood. Berceau du septième art, partie intégrante de la culture américaine mais aussi diffuseur d’un mode de vie à l’internationale. Il a pour beaucoup été notre premier contact avec cette culture. Des premiers cinémas muets aux derniers blockbuster, le cinéma américain véhicule une image glamour, sauvage et idyllique. Et pour beaucoup, il a pour beaucoup été notre premier contact avec cette culture.

Et si on partait sur les pas de nos idoles, sur les lieux de tournage de nos meilleurs souvenirs cinématographiques ? Histoire de pouvoir ajouter encore de la magie à votre prochain voyage !

Commençons par l’ouest américain, et bien sûr le cœur de cette industrie glamour, HOLLYWOOD ! On ne va pas s’attarder dessus, mais faites un tour sur Mulholland Drive pour admirer l’immense panneau perché sur la colline, passez par les studios Universal pour découvrir la face cachée des plus grands films et les secrets de tournage (faites le studio tour pour admirer les décors de vos films et séries préférées) ou en comprendre les effets spéciaux.  Le tout agrémenté de rollercoaster pour une bonne dose d’adrénaline. D’autres studios sont possibles pour marcher sur les pas de vos stars préférées : Paramount Studios, Warner Bros, Studios MGM… Et bien sûr, faites un tour sur le Walk of Fame pour trouver l’étoile de votre star ! Faites ensuite un tour sur Rodeo Drive pour revivre la scène mythique de « Pretty Woman » ou du « Flic de Beverly Hills« . Si vous êtes fan du mythique film  « Grease »  les lieux de manquent pas : Huntington Park High School, Venice High School, Los Angeles River Basin, Pickwick Drive-In Theater, Huntington Park, Leo Carrillo State Beach, 4524 Kingswell Avenue, Virgil Junior High School… Ne manquez pas le Biltmore Hotel qui fut le lieu de tournage de nombreuse production à succès : « Splash « ,  » Ghostbusters « ,  » Pretty Woman  » et  » The Game  » font parti des 50 films qui ont été tournés là-bas. Puis au Fox Plaza où les fans de  » Die Hard » reconnaitront le Nakatomi Plaza. Finissez la journée au Griffith Observatory, pour un superbe coucher de soleil sur L.A, mais aussi lieux de tournage de films récents : « La fureur de vivre « , «  La La Land « ,  » Terminator « , «  Jurassic Park « .

Un peu plus loin, faites un footing sur la plage de Malibu (pour refaire les scènes du même nom), si vous n’êtes pas fan, allez voir la petite crique entre Zuma Beach et Point Dume, pour la scène finale de « La Planète des singes « . Sinon à l’intérieur des terres, prenez un bol de western au Paramount Ranch, lieu de tournage entre autres de la célèbre série « Dr Quinn, femme médecin ». Un autre site western intéressant est la petite ville de Pioneertown, cette fois-ci à l’est de Los Angeles, un décor qui servit de décor à plus de 50 production dans les années 40 & 50.

Mais ce ne sont bien sûr pas les seuls films tournés dans cette ville : « Flashdance », « Rain Man », « Basic Instinct », « Mulholland Drive » et plus récemment, « Ocean Twelve » & « Thirteen », « Inception« , ou encore le dernier Tarantino, « Once Upon a Time…in Hollywood« … mais la liste est trop longue pour la développer ici …

Pour rester dans les films mythiques tournées en Californie, plusieurs scènes du film Star Wars ont été tournés dans la Death Valley, saurez-vous les retrouver ?

Plus au nord, une des célébrités les plus importantes de San Francisco, c’est bien sûr le Golden Gates Bridge ! Visible dans « Sueurs Froides » (de Hitchcock), il a tour à tour été attaqué par une pieuvre surgie des profondeurs (« Le monstre vient de la mer »), secoué par un tremblement de terre (« Superman de 1978 »), arraché par un mutant (« X-Men : L’affrontement final »), détruit par un lézard (« Godzilla ») ou encore rasé par un tsunami (« San Andrea »). Bref, il a souffert mais reste un des arrière-plans les plus mythiques.   

Plusieurs grandes comédies ont été tournées à San Francisco. Les plus fameuses maisons de San Francisco les fameuses Painted Ladies, ont été le lieu de tournage de sitcom familiale « La fête à la maison » .  Un peu plus loin retrouvez, l’une des maisons privées les plus connues de San Francisco : celle de « Mrs. Doubtfire« , rendez-vous à Steiner Street pour admirer le magnifique manoir. Une autre comédie des années 1990 : « Sister Act » passez par St Paul Church, Church Street, Noe Valley, San Francisco, Ambassador Hotel.

Puis, partez sur les traces du mythique film » Bullit« , un des plus grands rôles de Steve McQueen, Vous pourrez revivre cette séquence culte en partant de Fisherman’s Wharf, du côté de la marina, par Columbus Avenue et Chestnut Street, avant de descendre Hyde Street et Laguna Street, puis Leavenworth Street en direction du sud jusqu’à Guadalupe Canyon Parkway. Certaines scènes ont été tournées également dans le quartier de Potrero Hill. Ou sur celle de « Basic Instinct« , en passant par le quartier de Pacific Heights. Le bar dans lequel se rend Tramell s’appelle le Tosca café et se trouve au 242 Columbus Avenue.

Sans oublier Alcatraz, lieu de tournage de l’ »Evadé d’Alcatraz » (avec Clint Eastwood) ou le plus récent « Rock » (avec Sean Connery et Nicolas Cage). Ou bien Bodega Bay, lieu mythique du film « Les Oiseaux d’Hitchcock » (on y trouve entre autres la fameuse église du film mais aussi l’école vedette du film d’horreur.)

On ne pourra pas détailler tous les films, alors remontons un peu la côte, la forêt de Redwood, ce parc de séquoias géants, a permis de tourner quelques scènes de plusieurs films mythiques tels que « La Planète des singes : les Origines » mais aussi de « E.T l’extraterrestre« , l’épisode 6 de « Star Wars : Le retour du Jedi » ou encore « Jurassic Park« . Au Sonoma Coast State Park, revivez la scène finale des « Goonies« . Pour le reste du film rendez-vous beaucoup plus au nord, dans la ville d’Astoria, au nord de l’état de l’Oregon. C’est aussi le lieu de tournage de « Point Break« , « Un flic à la maternelle », ou encore « Sauver Willy« . Pour quelques frissons de plus passez dans les couloirs du Timberline Lodge (mais on vous en a déjà parlé ici).

Encore plus au nord, dans l’état de Washington, on retrouve bien sûr « Nuit Blanche à Seattle« . Au Sud-est de l’état se trouve le Washington State Penitentiary, où fut tourné le film « Dancer in the Dark« . Le Montana accueille quant à lui le film  « The Revenant » et  » Et au milieu coule une rivière  » (sur la Boulder river au nord du parc de Yellowstone) ou encore  » L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux « .

Dans le Wyoming, la chaine du grand Teton servit d’arrière-plan aux films « Rocky IV » et « Django Unchained« , le Yellowstone au film « Star Trek » des années 70. Au nord-est de l’état, se trouve le Devils Tower National Monument, son aspect inquiétant immortalisé dans le film « Rencontre du troisième type « .

Dans un autre état (le Dakota du sud), et pourtant si proche, les Black Hills ont été le site de tournage de nombreux films qui ont influés sur notre vision des USA : « Danse avec les Loups », « La conquête de l’ouest » au Custer’s park, « La mort aux trousses » & « Benjamin Gates » au Mont Rushmore. A l’ouest le parc des Badlands a abrité les films « Armageddon », et « Starship Troppers ».

On ne compte plus les films tournés à Las Vegas : de « Les diamants sont éternels » au film « Very Bad Trip » en passant par « Viva Las Vegas » , les scènes dans la Sin City ne manquent pas et sont facilement reconnaissables, mais saviez-vous que la base de Wendover, au Nord-Est de l’état, à la limite de l’Utah, à été le siège du fameux film  « Indépendance Day « ,  également un musée consacré à l’aviation de la seconde guerre mondiale.

Du Nevada à l’Arizona en passant par l’Utah, les grands parcs nationaux ont marqués notre image du grand ouest américain, et quasiment chacun de ceux-ci ont abrité des chefs-d’œuvre:

  • Valley of Fire:  La Chevauchée Sauvage, Fureur Apache, Casino, Total Recall…  
  • Zion National Park : Butch Cassidy & le Kid, La sanction,
  • Dead Horse Point State Park : Thelma & Louise, 127 heures, Les Ailes de l’enfer, Mission Impossible II…
  • Arches Park: Indiana Jones et la Dernière Croisade, Rio Conchos, Les Cheyennes.
  • Grand Canyon: La piste des Géants, Grand Canyon

et comment ne pas terminer par Monument Valley, qui a bercé nos envies de western et d’évasion. On ne compte plus les films tournés là-bas: La prisonnière du Désert, La chevauchée fantastique, La Conquête de l’Ouest, Il Était une Fois dans l’Ouest, Retour vers le futur (3), Forrest Gump…

 Alors prêt à partir sur les traces de vos films préférés ?

Vous retrouvez la plupart de ces sites dans nos circuits sur l’ouest américain:

https://www.american-motors-travel.com/voyage-a-moto.php

Mais on peut toujours vous créer un séjour sur mesure sur les pas de vos idoles!

https://www.american-motors-travel.com/voyage_sur_mesure.php

On ne pouvait pas sortir un article le 17 mars sans parler de la St Patrick, une des plus grandes fêtes aux USA (et des plus alcoolisée aussi 😊) dû à la grande diaspora irlandaise (notamment dans l’est) qui a peuplé le pays.

Pour petit rappel, St Patrick est le saint patron de l’Irlande (même si il n’était pas irlandais), il serait celui qui aurait converti l’Île au christianisme au début du 4° siècle de notre ère. Le 17 mars serait la date de sa mort et surtout celui de sa célébration. Pour christianiser les Irlandais païens, il leur aurait expliqué la trinité en utilisant un trèfle. C’est pourquoi, il est devenu son emblème et est encore présent dans les décors de cette journée.

La St Patrick c’est aussi une des fêtes les plus ancienne aux USA. En effet, on remonte à 1737 pour les premières traces de la célébration à Boston qui est resté la capitale irlandaise des USA (23% de la population de la ville descendrait d’immigrants irlandais). Rappelez-vous que leur équipe de basket s’appelle les Boston Celtics. La présence d’autant d’irlandais s’explique par la grande famine ayant touché l’Irlande à la fin du XIX siècle. Pour échapper à la mort, de nombreux habitants ont traversé l’Atlantique pour se construire une nouvelle vie. Ils occupèrent alors les travaux les plus ingrats et participèrent aux essors des grandes villes (reconstruisant par exemple la ville de Chicago après le grand incendie de 1871). Parmi les descendants les plus célèbres de cette diaspora, on retrouve John Fitzgerald Kennedy qui devint le premier président des États-Unis à être catholique et d’origine irlandaise.

Aujourd’hui, la St Patrick est bien sûr célébrée par irlandais mais aussi par tous les américains. Aux États-Unis, tout le monde se sent un peu irlandais le jour de la Saint-Patrick. C’est aussi l’une des fêtes les plus célébré au monde, mais c’est aux Usa qu’elle prend la plus grande dimension.

Dans pratiquement toutes les écoles primaires des États-Unis, qu’elles soient publiques ou privées, les classes sont décorées en vert. Les papeteries vendent des cartes de vœux de la Saint-Patrick, les magasins se parent de leurs plus belles décorations vertes, les boulangeries offrent des biscuits en forme de trèfle recouverts de sucre vert et les bars locaux servent de la bière verte. Bref, vous l’aurez compris la couleur verte est à l’honneur ! Et vous avez plutôt intérêt à vous-même jouer, sous peine de vous faire « pincer ». (Dans le folklore, si on porte du vert ce jour-là, on devient invisibles pour les lutins malveillants. Si vous n’en portez pas, vous pouvez vous faire pincer par les autres en guise de punition ! ou pour conjurer le sort, cela dépend…)   

OU FÊTER LA SAINT PATRICK AUX USA

A New York : depuis 1762 (soit 14 ans avant la naissance des États-Unis !), la ville se pare de son plus beau vert, et organise sa parade annuelle. C’est d’ailleurs la plus grande du monde avec 150 000 participants volontaires et plus de 2 millions de spectateur le long de la 5° avenue, venus profiter du spectacle !

Pub irlandais incontournable : McSorley’s Old Ale House. Il s’agit du plus vieux pub irlandais de la ville qui sert également deux bières très connues : les bières ale maison légère et foncée.

A Boston, bien sûr, dont les racines et la fierté irlandaise se ressent encore aujourd’hui. Du coup, les festivités commencent presque une semaine avant le jour de la St Patrick. Concert, festival de cinéma irlandais, et bien sûr animations dans les différents pubs de la ville.

Pub irlandais incontournable : Black Rose. Des drapeaux irlandais ornent les murs et vous pourrez tomber sur des « chanteurs » amateurs bruyants s’improvisant choristes lors d’un concert.

A Chicago, la communauté irlandaise est également importante, et notamment historiquement dans le métier des égoutiers. Ainsi depuis 1962, pour célébrer le saint, ceux-ci colorent la rivière traversant la ville en vert fluorescent. La composition du mélange permettant ceci est un des secret les mieux gardés des USA ! Avec bien sûr, une parade pour couronner le tout. De même à Washington, les eaux de la fontaine de la Maison Blanche se pare d’un vert pétant.

Pub irlandais incontournable : Galway Arms. On y trouve des plats et des boissons traditionnels irlandais ainsi que des concerts de musique du pays.

A Savannah, là encore les eaux de toutes les fontaines de la ville prennent la couleur verte. Et quelle meilleure occasion pour rendre hommage à la plus irlandaise des héroïnes de roman made in USA : Scarlett O’Hara. Là encore la tradition ne date pas d’hier puisqu’elle remonte à 1824, sa parade reste une des plus courues des Usa, avec plus de 400 000 spectateurs. La fête dure jusqu’au petit matin dans les nombreux pubs irlandais.

Pub irlandais incontournable : Kevin Barry’s. Allez-y pour des concerts de musique irlandaise et une poitrine de bœuf fumée à la Guinness.

Et ça ce n’est qu’un aperçu, le St Patrick est célébré à travers tout le pays : de San Francisco pour admirer de vieux camions de pompier transformés en « Blarney Fire Department » (brigade des pompiers fous), à Philadelphie, qui est également une des plus grandes parades du pays avec son lot de célébrité invité chaque année. En passant par Dallas, pour un mélange hors du commun entre les cowboys et les binious. Ou encore La Nouvelle Orléans qui combine la fête de la St Patrick avec celle de la St Joseph célébré par les Italo-américains. Sans oublier que l’on sort d’un mois de carnaval à quelques semaines près !

Chaque année, la Saint Patrick est donc honorée par les championnats professionnels du pays, notamment la NBA et la NHL, (Boston, New York et Chicago étant logiquement parmi les villes les plus impliquées). Plusieurs équipes troquent ce jour-là leur tenues contre un splendide maillot vert. Et biensûr à la mi-temps, mini concert de musique irlandaise pour mettre l’ambiancer. De nombreux produits « verts » sont commercialisés par les équipes sportives et figurent parmi les plus portés par les habitants le jour de la Saint-Patrick.

Pour avoir un petit aperçu de l’ambiance, vous pouvez vous refaire une petite soirée ciné avec le film Le Fugitif, Harrison Ford traverse la parade et se déguise pour échapper au policier joué par Tommy Lee Jones. ou plus récent, dans la série How I met Your Mother, un des épisodes se passe lors de la St Patrick.

Alors prêt à enfiler votre costume de Leprechaun (mais si ces petits lutins farceurs typiques), à chausser lunettes et chapeaux ornés de trèfles et surtout à goûter à la fameuse green beer ? En route pour le St Paddy’s day (bah oui, il fallait bien lui donner un petit nom…)

https://www.american-motors-travel.com/voyage_sur_mesure.php

On vous a déjà parlé il y a quelques mois de Portland (vous pourrez retrouver l’article ici), la capitale économique de l’État de l’Oregon. Mais cette fois-ci, nous avons choisi de vous faire découvrir le reste de l’état qui vous permet de changer de paysages et d’être totalement dépaysé : côte maritime (Pacifique), haute montagne, vallées verdoyantes, steppes, dunes de sable géantes, fleuves et lacs, hauts plateaux… Bref, tous les paysage de la planète réuni en un seul road trip !

L’Oregon, c’est le dixième plus grand état des États-Unis, situé au nord-ouest entre la Californie et l’état de Washington. Il reste pourtant un état très vert en majorité agricole (d’où une superbe gastronomie) et avec près de 6000 lacs et 12 millions d’hectares de forêts à découvrir ! on pourrait diviser l’état en 2 parties à partir de la chaîne des Cascades qui traverse l’état du Nord au Sud, l’est est plutôt désertique et se rapproche de ce que l’on connaît de l’Ouest américain et l’ouest, beaucoup plus vert.

Commençons par l’ouest et la côte pacifique avec ses 584 km de côte sauvage et protégées. Empruntez la route 101 (prononcez One-o-One) pour profiter des points de vue spectaculaires, des côtes rocheuses au Nord avec des falaises abruptes aux dunes de sables géantes au Sud. Passez par Cannon Beach, le point final de la grande expédition de Lewis et Clark. Si vous voulez en avoir un aperçu, repassez vous la scène finale du film Point Break ! Au mois de juin, se tient un immense concours de château de sable. Sur la côte, il y a plein de choses à faire : visite de phares (Yaquina Head, Heceta Head), croisière d’observation des baleines ou des lions de mer, fat bike (vélo à pneu très large) ou buggy sur les dunes de sables. Et enfin, pour une petite visite insolite, visitez la fabrique de fromages et crèmes glacées de Tillamook : c’est la plus grande fabrique de Cheddar (principalement)du Nord-Ouest américain avec dégustation en fin de visite. Autre activité originale, et si c’est la saison au moment de votre passage, participez à une pêche au crabe et au saumon avec les pêcheurs locaux.

Continuons vers l’est, on y retrouve bien sûr Portland dont on ne va pas vous reparlez, vous l’avez compris rendez-vous sur notre précédent article. A noter tout de même que Portland est un véritable vivier pour la culture musicale et principalement pour le rock alternatif (rappelez-vous notre article sur la culture musicale américaine PART2). La ville garde un esprit d’indépendance et de rebellion, et donne la part belle aux jeunes groupes voulant émerger. Donc gardez l’oeil ouvert et les oreilles à l’écoute, vous pourriez peut être au détour d’un bar ou d’une salle de concert déouvrir les prochaines stars! Avant d’arriver en ville, arrêtez-vous dans la Vallée de la Tualatin (à l’ouest), pour une petite dégustation dans cette région viticole. La région la plus réputée pour le vin, est la vallée de la Willamette au sud de Portland, avec notamment de magnifique pinot noir et chardonnay. Comme en France, empruntez la route des vins pour quelques dégustations. L’histoire est omniprésente dans la région, faites un petit stop à l’Evergreen Aviation Museum, pour admirer les avions d’Howard Hughes au milieu des vignes ! ou bien au cœur de la capitale Salem, visitez le Willamette heritage center, un ancien centre de filature de laine datant de 1880, pour en apprendre plus sur la vie économique de la région. Vous pouvez également rejoindre Albany qui ne compte pas moins de 700 bâtiments historiques.

A environ 30 min de route à l’est de Portland, on retrouve les gorges du fleuve Colombia, avec de nombreuses cascades (près de 70 à découvrir soit en voiture soit au cours d’une randonnées) et des points de vue panoramiques spectaculaires sur le 3e plus grand fleuve des États-Unis. C’est également l’occasion de rejoindre le Mont Hood, emblème de la région et comparé au Mont Fuji, enneigé à l’année. Pour un peu de frisson, passez par le célèbre Timberline lodge qui servi de lieu de tournage pour quelques scènes extérieur du film « Shinning » de Stanley Kubrick. Plus vous irez vers le sud, plus vous découvrirez la chaîne des Cascades dans toute sa splendeur. Le mont Jefferson en est le point culminant et la ville de Bend, le point d’accès. Pas d’inquiétude pour vous désaltérer, suivez la Bend Ale Trail, une route menant à pas moins de 19 brasseries. Tout au sud, se trouve le joyau de l’état : Le Parc National de Crater Lake, un superbe lac de montagne (dans une caldera formée suite à l’explosion d’un volcan). C’est le lac de plus profond d’Amérique du Nord, avec pas moins de 600m de profondeur et ses eaux sont d’un bleu très vif.

L’Eastern Oregon, peut être assimilé au « Far West », c’est là que l’on retrouve les régions les plus désertique, les grandes étendues nous rappelle le grand ouest américain. C’est également la région des ranches, des cow-boys et des territoires indiens (la région était autrefois occupée par 4 tribus). Pendleton est la capitale de la région, elle est très connue aux USA pour son rodéo annuel qui a lieu depuis plus de 110 ans à la mi-septembre. L’été est également l’occasion d’assister aux Pow-Wow des tribus amérindiennes. Le Tamástslikt Cultural Institute, vous permettra d’en apprendre plus sur les danses et les chants traditionnels, l’art, la langue, les vêtements, la religion et la cuisine des autochtones. Pendleton est aussi réputée pour sa laine et la marque Pendleton produit de nombreuses choses (vêtements, couvertures, etc.) que l’on retrouve partout aux États-Unis. Vous pourrez visiter l’usine de fabrique pour comprendre l’importance de cette économie pour la région.

A l’extrême Nord Est de l’état, la chaîne des Wallowas appelé aussi la petite suisse, et la Snake river qui marque la frontière avec l’Idaho. Mais la frontière la plus remarquable est sans doute le Hell’s canyon qui rejoint la chaîne des Seven Devils en Idaho. Tout un programme ! C’est en fait le canyon le plus des États-Unis, avec 2.4 km de profondeur (et oui exit le grand canyon avec ses 1.8km !). Le canyon est donc impressionnant avec au fond la Snake river, sombre qui coule paisiblement. C’est aussi le paradis des animaux sauvage est il n’est pas rare d’y croiser ours ou cervidés. La petit ville Joseph ( du nom du chef indien de la tribu des Nez-Percés), vous offrira un mélange de cow boy, d’artistes avec un soupçon de légende indienne pour une ambiance des plus dépaysante.  

Découvrez la plupart de ces merveilles dans notre programme  » Pacific Coast Tours » :

https://www.american-motors-travel.com/voyage-a-moto/etats-unis/pacific-coast-tours-12

ou bien dans un voyage crée sur-mesure pour vous :

https://www.american-motors-travel.com/voyage_sur_mesure.php

Situé au sud des États-Unis, le Texas est l’État le plus vaste après l’Alaska, et contrairement aux idées reçues, le Texas n’est pas composé que d’étendues désertiques sans âme qui vive. On y trouve en fait 10 régions climatiques et 11 différents systèmes écologiques. C’est aussi le plus grand producteur de pétrole du pays et le plus gros éleveur de bétails et de moutons. Les minéraux, le coton et la laine font aussi parti de ses richesses. Loin de l’image du cow-boy parcourant des espaces désertiques parcourir le Texas, c’est découvrir un État chargé d’histoire et beaucoup plus intéressant que les clichés.

Pour comprendre le Texas, il faut revenir un peu sur son histoire si riche. Découvert par les espagnols, un temps en partie français, puis colonisé et évangélisé par la couronne espagnole. Le Texas est resté longtemps une terre mise à part, peu recherché, et l’état mettra plus de 100 ans à être colonisé, se heurtant à la résistance des Apaches, des Comanches, des Tonkawa et des Hasinai. En 1821, les États-Unis reconnaîtront l’indépendance du Mexique pour déstabiliser la couronne d’Espagne, et le Texas sera intégré au territoire mexicain. Pour développer le territoire, le Mexique autorise l’installation de 300 colons anglophones (appelés les « 300 vieux ») parmi lesquels Moses Austin et son fils Stephen, qui donneront plus tard leur nom à la capitale de l’État. Le Texas jouissait d’un statut à part dans l’administration mexicaine, mais une quinzaine d’année plus tard, l’acculturation est de plus en plus flagrante et après rébellion et rixes diverses, l’indépendance du Texas sera proclamée le 02 mars 1835. Le Mexique refuse cette indépendance et le 06 mars attaquera le fameux fort Alamo situé à San Antonio de Bexar. Une ancienne mission mexicaine transformé en base militaire et encore visitable aujourd’hui. Le site fut le théâtre de la plus grande bataille de la révolution texane. Pas un résident ne sortira vivant de ce carnage de 13 jours, où périrent les légendaires Davy Crockett, James Bowie, William Travis. En réponse, le Général Sam Houston (considéré comme le Père du Texas et qui donna son nom à l’une des plus grandes villes du Texas) mènera les soldats de la Révolution au cri de « Souvenez-vous d’Alamo ! ». Cela mènera à la signature des traités de Velasco marquant la fin de la guerre et l’indépendance de réelle du Texas.

Le Texas perdra son unité lors de la guerre de Sécession, l’état foncièrement esclavagiste dans ses champs de coton, ne souhaite bien sûr plus faire parti de l’Union. Et même après la fin de la guerre, les conflits resteront fréquents. Les années suivantes verront le développement fort du Texas, grand exportateur de coton vers le vieux continent, et la découverte au début des années 1900 de ses premiers gisements de pétrole. Le Texas se relèvera de la grande dépression avec le développement des industries de hautes technologies et du secteur tertiaire. La conquête spatiale sera également un des moteurs de l’état avec l’installation du centre Johnson Space Center à Houston et qui est dédié aux missions spatiales habitées. Politiquement, le Texas reste républicain (depuis 1985, tous les gouverneurs texans sont républicains) et particulièrement conservateur. Les positions anti-avortement, anti-écologie, pro-armes ou pro-peine de mort n’ont pas évolué.

L’État est également connu pour avoir eu plusieurs représentant à la présidence des États-Unis, Dwight D. Eisenhower, Lyndon B. Johnson, mais aussi la famille Bush. Et est surtout connu pour avoir été le lieu de l’assassinat de J.F. Kennedy, le 22 Novembre 1963 à Dallas.

Une fois que l’on a bien compris cela, on peut visiter le Texas en comprenant ses influences, son histoire et sa formation. Au total, l’état possède environ 11.500 sites et monuments historiques, plus de 700 musées d’histoire locale, 40.000 sites archéologiques, 46 National Historic Landmarks et 2000 lieux inscrits sur le National Register of Historic Places ! Donc, il y a de quoi faire !

De la culture hispanique à la culture germanique (qui ont marqué l’immigration du pays) en passant par celle des cowboys vous ne manquerez pas de choses à faire ! Les villes vous charmeront par leur mélange entre architecture moderne et quartier historique de charme où les musées d’art et d’histoire côtoient la culture cowboy.

Dallas est le plus souvent la porte d’entrée de l’état, lieu de la culture du pétrole par excellence, à l’image de la célèbre série du même nom. C’est également un grand pôle industriel mais aussi un centre culturel actif avec de nombreux musées et animations. Partez également sur les pas de Kennedy avant son assassinat. Collé à la ville, Forth Worth est célèbre pour son quartier des Stockyards où vous pourrez revivre l’histoire des cow boys, aller dans des saloons, croiser du bétail à longues cornes, voir un rodéo, ou faire vos premiers pas de « line dance » chez Billy Bobs’ ! Ou bien faire une dégustation dans la distillerie Firestone and Robertson Whiskey, qui fabrique un des meilleurs whiskies des États-Unis ! Et il est à noter le : National Cowgirl Museum and Hall of Fame, le seul musée américain qui raconte l’histoire des femmes dans l’Ouest américain et leur offre une certaine reconnaissance. Et s’il vous reste du temps, pourquoi ne pas aller voir une course NASCAR au Texas Motor Speedway.

Sur la route pour rejoindre Austin, faites un petit stop dans la ville de Waco pour visiter le musée du de la boisson Dr Pepper, boisson de l’état par excellence. Austin, c’est la ville musicale par excellence, pas loin de 200 clubs de musique live et une gastronomie développée aux travers des 1000 food trucks. Elle accueille aussi le festival South by Southwest un des plus grands festivals de musique des USA. La ville abrite également la plus vaste colonie de chauve-souris d’Amérique du nord ! Pour le Texas Independance day, outre une course à pied et une parade, vous pourrez assister à un hommage, en costume d’époque, aux Vétérans de la révolution texane au Texas State Cemetery. A quelques km à l’ouest d’Austin, ne manquez pas une pause nature hors du temps à Hamilton Pool.

Toujours à l’ouest, la ville de Fredericksburg vous ramènera hors du temps, et haut lieu viticole du Texas. Une ville au charme authentique, aux galeries d’art bordant la main street, à la campagne luxuriante et dont l’âme allemande se marie parfaitement au cœur texan. Après les dégustations dans les différents domaines, Rendez-vous à Bandera, appelé aussi « The cowboy capital of the world ». Vous aurez l’embarras du choix entre les innombrables ranchs et les rodéos (d’ailleurs saviez-vous que le premier rodéo du pays eu lieu eu Texas le 4 juillet 1883 ?)

Vous voici maintenant à San Antonio, la plus latino des villes américaines, mais aussi une des plus agréables avec ses canaux (« le riverwalk » qui fait près de 24km). C’est là que vous pourrez visiter le fort Alamo. D’ailleurs la cité combine aussi bien les missions espagnoles, les maisons victoriennes, et les tours modernes. Un joli mélange sui saura vous enchanter, un petit goût de Mexique au cœur du Texas.

Plus à l’est, Houston est forcément mondialement connu pour son centre de la NASA, et le « fameux Houston, on a un problème ». Le centre propose des activités interactives et vous permettra de toucher une roche lunaire ! Mais Houston, ne se résume pas qu’à ça, une ville très verte, dynamique et proposant une offre culturelle (au Houston Museum District 19 musées sont rassemblés) et gastronomique exceptionnelle.

Le Texas, c’est également de grandes plages et des stations balnéaires à l’instar de Corpus Christi et Galveston, le fameux Cadillac Ranch au nord de l’état sur la Route 66, la ville fantôme de Lajitas, qui affiche comme maire une chèvre amatrice de bière… Et même la petite ville de Paris, qui se targue d’une réplique de la Tour Eiffel coiffée d’un chapeau de cowboy! Et pour plus de nature, rejoignez le parc de National de Big Bend, parc qui semble désertique mais qui abrite en fait des milliers de variétés de plantes et d’espèces animales. Ou encore le Parc National des Guadalupe Mountains, abritant le point culminant du Texas à 2667m d’altitude. A quelques km au sud d’Amarillo, le Palo Duro Canyon, 2ème plus grand canyon des États-Unis. Ou encore faire du canoë sur le fameux fleuve Rio Grande qui marque le frontière avec le Mexique.

Alors prêt à partir à la découverte de cet état plus grand que la France mais qui a tant à offrir ?

https://www.american-motors-travel.com/voyage_sur_mesure.php