Si Hollywood, reste la Mecque du Cinéma, l’est des États-Unis n’est pas en reste en ce qui concerne les lieux de tournage. De new York à l’Alabama en passant par Chicago, on repart sur les routes de nos films préférés !

Les lieux de tournages à New York ne manquent pas, tout comme Los Angeles la ville a accueilli de nombreuses productions. Mais revenons sur les lieux emblématiques de la ville qui on n’en doute pas saura vous rappeler des souvenirs :

Lieux les plus populaires :

Central Park : On peut voir ce magnifique poumon vert dans de nombreux films : de « Diamants sur Canapé » aux « Avengers » en passant par la plupart des comédies romantiques auprès de la fameuse fontaine, c’est un de points névralgiques de la ville. Sans compter bien sûr les nombreuses séries tournées sur place (« Friends« , « How I met your mother« …).

Times square, l’Empire State Building, le pont de Brooklyn, Tiffany’s &co sur la 5th avenue… tous ces points sont reconnaissables entre mille. Mais voici deux -trois sites un peu plus difficile à trouver :

Pour une bonne dose d’années 80 : la caserne des Ghostbusters se trouveau 14 N Moore St, à Tribeca. Encore dans son jus, elle nous transporte directement dans l’univers du film ! Pour information, la caserne est toujours en service et elle fut d’ailleurs l’une des premières à intervenir sur la catastrophe du World Trade Center faisant parti des plus proches.  

Le Katz’s Delicatessen, c’est dans ce « deli » (typiquement New Yorkais) qu’à lieu la fameuse scène de Meg Ryan dans le film « Quand Harry rencontre Sally« , un incontournable des comédies romantiques et de délicieux sandwichs… une pierre deux coups pour ce site situé au 205 East Houston Street et Ludlow Street, Manhattan. Et pour le petit dernier en dehors des sentiers battus, on peut parler de la magnifique propriété des Corleone à Staten Island au 110 Longfellow Avenue. Dans tous les cas, gardez l’œil ouvert beaucoup de séries sont tournées dans les rues et il n’est pas rare de tomber sur de petites affiches colorées indiquant un tournage et il arrive même que les passant soient invités à jouer les figurants !

Les sites ne manquent pas dans le reste des états donc passons directement aux plus emblématiques :

Pour un peu de frissons, vous pouvez passer à la maison d’Amityville au 18 Brooks Road, Toms River pour la version des années 80.

Un peu plus au sud, faites un stop à Philadelphie pour grimper (en courant ou non) les marches du Philadelphia Museum of Art. En haut, vous attend une statue de Rocky dont Sylvester Stallone a fait cadeau ! La ville abrite également de nombreux lieux de tournage de la plupart de « Rocky« , « Sixième Sens » ou encore « Philadelphia« . Et si vous suivez le fleuve Delaware, vous arriverez à l’école Saint Andrew de Middletown qui ont été utilisés pour représenter la Welton Academy du magistral « Le Cercle des Poètes disparus ».

A Washington, on ne compte plus bien sûr les plans sur le Capitole, la Maison Blanche, ou encore le Pentagone, mais toujours pour le petit frisson, sachez que la maison de l’Exorciste se trouve dans le quartier de Georgetown au 3600 Prospect Street NW.

En Virginie, si vous vous rendez au Mountain Lake Hotel à Pembroke, vous pourrez revivre la comédie romantique Dirty Dancing (les scènes de nature ont été tournées au Lake Lure en Caroline Nord). La Ligne Verte a également été tourné dans la ville de Blowing rock.

La Caroline du Sud a abrité quant à elle des scènes de Forrest Gump (mais on vous en à déjà parler ici) mais également dans un autre genre des scènes du film « Une journée en enfer » (avec Bruce Willis).

En parlant de Forrest Gump, on ne va pas vous reparler de Savannah et des lieux de tournages en Géorgie (que vous retrouvez également dans l’article sur ce film) mais la ville a également abrité le film « Les nerfs à vif » , « Minuit dans le jardin du bien et du mal ». Dans le même état, la ville d’Atlanta accueille aujourd’hui de plus en plus de grosses productions comme « Avengers » ou « Black Panthers » mais aussi des séries très populaires comme « The Walking Dead » ou « Stranger Things ».

Quand il s’agit d’avoir des plans de cocotiers et de plages de rêves, la Floride est une destination de prédilection : « Golfinger « ,  « le Parrain 2 », « Scarface« ,  « Edward aux mains d’argent« ,  « l’arme fatale 3 »,  « Apollo 13 » … Bref, beaucoup de grands films ont trouvé leurs décors dans sites paradisiaques de cet état.

Plusieurs films historiques ont été tournées en Alabama, notamment « Selma » et « The Rosa Parks story » sur les lieux même de l’histoire – à noter c’est également dans cet état que fut tourné le film « Big Fish ».

Peu de grosse production dans l’Ohio mais si vous passez par là faites un détour par la maison d’arrêt de Mansfield. En effet, celle-ci a servi de décor aux films « Tango & Cash », et surtout « Les Evadés «  !

Plus au nord, Chicago a été le décor d’autant de film que New York, de la « Mort aux trousses« , aux derniers « DC Comics« , la ville est le décor de typique de la ville industriel. Rendez-vous à la Pilgrim Baptist church pour retrouver les décors des « Blues Brothers« , au Blackstone Hotel pour « les Incorruptibles« . Mais la ville a également servi pour « Backdraft« , « le Fugitif« , « les Affranchis« , et les « Batman » de Nolan. Aux alentours, sachez que la maison de Mc Callister (la famille de « Maman, j’ai raté l’avion« ), elle se trouve à Win­netka au 671 Lin­coln Avenue.

Le centre des Usa n’a pas accueilli beaucoup de production mais le Sud et notamment la Louisiane a su sortir son épingle du jeu. Avec ses quartiers typiques, ses plantations et ses bayous, la Louisiane est même devenue la capitale mondiale des productions cinématographique en 2013.

  • Un tramway nommé Désir (1951)
  • Easy Rider (1969)
  • Mon nom est Personne (1973)
  • Entretien avec un vampire (1994)
  • L’Affaire Pélican (1993)
  • Ray (2004)
  • L’étrange histoire de Benjamin Button (2008)
  • La Princesse et la Grenouille – Disney (2010)
  • The Expendables (2010)
  • Django Unchained (2012)
  • Le Majordome (2013)
  • Dallas Buyer’s Club (2013)
  • 12 years a Slave (2013)
  • Green Book : sur les routes du Sud.

La Louisiane est beaucoup utilisée pour ses plantations, demeures historiques antebellum permettant de se plonger dans l’histoire des USA. D’ailleurs, la plupart de celle-ci se trouve sur les abords du Mississippi, vous pourrez les visiter en suivant les berges du fleuve.  

La liste est bien sûr non exhaustive, les États-Unis regorgent de nombreux sites de tournages, les réalisateurs exploitant la diversité des paysages, des couleurs et l’histoire du pays pour illustrer les meilleurs scénarios. Alors n’hésitez pas avant de partir de vérifier que vous n’allez pas passer à côté des sites de vos films préférés.

https://www.american-motors-travel.com/voyage_sur_mesure.php

Si l’on évoque le Carnaval en Louisiane on pense forcément à celui de la Nouvelle Orléans qui est l’un des plus célèbres au monde, à l’instar de celui de Venise ou de Rio de Janeiro. Mais pas que …

Historiquement, les fêtes du Carnaval et de Mardi Gras sont des fêtes liées à la religion, il commence au lendemain de l’Épiphanie et se termine le jour de Mardi Gras (veille du mercredi des cendres, soit près de 6 semaines de fêtes). Ce jour-là tout est permis, et les villes se lancent dans des fêtes endiablées, et une orgie culinaire avant de commencer le jeûne jusqu’au Carême (40 jours !). Cette tradition fut amenée aux États-Unis par les premiers colons français, à la fin du XVIIe siècle et reste encore aujourd’hui fortement liée à la culture française. Celui de La Nouvelle-Orléans, n’est pourtant pas le premier, supplanté par celui de Mobile en Alabama (plus de 15 ans auparavant) qui était au début de la colonisation, la première capitale de la Louisiane. Aujourd’hui, 80 villes de l’État célèbrent l’événement. Tous les ans, le thème du Carnaval change, et met en avant une histoire différente. Donc même si vous l’avez déjà fait, n’hésitez pas y retourner, vous découvrirez forcément des choses différentes.

Pendant près de deux mois, les villes se parent des couleurs des couleurs officielles de l’événement : le vert symbole de la foi, le violet symbole de justice, et l’or symbole de pouvoir. Les maisons et magasins sont décorés à foison à l’instar des décorations de Noël !

A La Nouvelle-Orléans, les défilés sont organisés par des « Krewes », des organisations secrètes ou confréries apparues dans les années 1855 (après des violences au cours de précédentes parades), qui financent alors les parades et créent un défilé à thèmes avec des chars sophistiqués et des artistes. Tous les chars sont décorés de façon très différente, et leur passage est ponctué de défilés costumés, de parades de chiens, de fanfares : les « Marching Band » …

La tradition veut que lors de ces défilés, les personnes déguisées et perchés sur des chars majestueux, lancent à la foule elle-même déguisée (donc pensez à prévoir un costume ou à faire des emplettes) des colliers de perles colorés, des « doubloons » (fausse pièce d’or à l’effigie du carnaval), et autres objets divers (peluches, escarpins à paillettes, mugs…). Préparez donc une autre valise pour ramener tous ces souvenirs !

Une soixantaine de parades animent les rues de la Nouvelle Orléans au temps des festivités. Vous ne pourrez donc pas les louper, mais certaines sont plus courues que d’autres. Et à moins de vous diriger vers une tribune payante (comme un des nombreux balcons de Canal Street et dont les places varient entre 10 et 60$), préférez vous diriger vers les zones de départ, où vous serez au contact des locaux et au plus près de de l’action. Renseignez vous également auprès des habitants ou de votre hôtel pour connaître les lieux et horaires des parades secrètes. A l’instar des North Side Skull & Bone Gang et ses spectaculaires costumes de squelettes, ou des Mardi Gras indians qui s’inspirent des amérindiens. Et s’il vous reste encore des forces après toutes ces effervescences, rejoignez le soir l’un des bals organisés par les plus grands « Krewes », mais attention pour les plus réputés le prix des tickets peut grimper jusqu’à 200$.

Les grandes parades déferlent toutes dans le même secteur de La Nouvelle-Orléans. Elles démarrent dans le quartier d’Uptown pour se terminer dans le Downtown en remontant la vaste avenue Saint Charles afin de permettre aux chars de manœuvrer. D’autres défilés, plus modestes, égayent les rues étroites du French Quarter.

Dans tous les cas la musique inonde la ville et vous pourrez assister à chaque coin de rue à des concerts improvisé ou bien les shows grandioses du Superdome.

La nouvelle Orléans n’est pas le seul endroit où vous pourrez participer à la fête. A la campagne, le mardi gras est célébré par les habitants, qui se rassemble pour concocter un immense Gumbo communautaire. Depuis près de 60 ans, les participants déguisés de franges et de chapeaux pointus tapent aux portes des fermes pour récupérer les différents ingrédients, en échange de danses et de pitreries. Mais l’apothéose de cette célébration arrive quand il est temps d’attraper l’ingrédient principal : le poulet. Appelé le « Chicken Run », les participants doivent mettre la main sur un poulet en liberté lâché par le fermier sur son terrain (le tout bien sûr arrosé de bière depuis 8h du matin) ! Courses, fous rires et bonne ambiance sont donc au rendez-vous dans ces célébrations plus rurales et authentiques, tout comme dans la parade qui suit les participants.

Passer la période de carnaval dans le sud-est, c’est aussi l’occasion de goûter aux nombreuses spécialités culinaires des « cajuns » telles que les huîtres Bienville (souvent proposées grillées), les écrevisses, le gumbo, le jambalaya, les crevettes à la rémoulade, l’okra, le tabasco ou la pacane (noix de pécan). Et surtout le King’s cake, sorte de galette des roi et emblème du carnaval dont la fève est un bébé et qui est parfumé à la cannelle.

Si vous n’êtes pas dans la région au moment des carnavals, vous pouvez toutefois en saisir la dimension en visitant Mardi Gras World à la Nouvelle Orléans, une espèce d’entrepôt géant où vous pouvez trouver les chars des Mardi Gras précédents, et de celui à venir. Le musée reflète bien l’histoire du carnaval et vous permet de voir les artisans à l’œuvre lors de la réalisation des chars. La ville est au cœur de notre programme Magie du Sud Tours,

https://www.american-motors-travel.com/voyage-a-moto/etats-unis/magie-du-sud-tours-119

Ou encore dans la ville de Mobile (Alabama), le Mobile Carnival Museum qui regroupe chars, costumes et surtout de splendides « cooopers » (sortes de traines). A la sortie rendez-vous au Toomey’s gift spécialiste des articles de Mardi Gras qui peut être une étape de notre programme « Heart of Dixie »

https://www.american-motors-travel.com/voyage-a-moto/etats-unis/heart-of-dixie-tours-237

Un peu plus à l’écart, la ville de Lake Charles (quasi à la frontière avec le Texas) propose le Mardi Gras Museum of Imperial Calcasieu, qui abrite la collection de costumes de Mardi gras la plus grande au monde. qui peut être une étape dans un séjour sur mesure.

https://www.american-motors-travel.com/voyage_sur_mesure.php

Attaquons-nous maintenant à la partir la plus prolifique de cette saga : le Sud des États-Unis. En effet, de nombreux genres musicaux se sont développé au départ de cette large bande, qui fut également dans les premières colonisées mais aussi et sans doute la plus marquée par les immigrations forcées dû à l’esclavage. Partons de l’ouest au Texas vers l’est pour rejoindre les plages de l’Atlantique aux saveurs caribéenne :

TEXAS

La country est sans doute le courant musicale le plus emblématique du Texas. Les migrants d’Europe occidentale apportant dans leur bagages leurs instruments et leur culture musicale pour s’occuper dans les moments de relâche (notamment le dimanche après la messe) c’est pour cela que l’on y retrouve les sons de violons (anglo-saxon), de mandoline (italienne), de guitare (espagnole) ou encore de banjo (africain). Beaucoup de chansons furent créées dans les plaines du Midwest et au Texas par les cow-boys qui convoyaient le bétail.

Vous pourrez découvrir à Austin au Texas Music Museum, une collection unique d’objets racontant l’histoire des musiciens texans qui ont fait d’Austin, « la capitale de la musique live du monde » ou bien à Carthage, le Texas Country Music Hall of Fame : ce musée rend hommage aux artistes texans ayant contribué à la renommée internationale de la country.

Mais le mieux, est encore d’écouter cette musique typique en live et pour cela rien de mieux que de vous rendre dans les « Honky tonk ». Ces anciens petits théâtres équipés d’un bar sont très communs dans le Sud des États-Unis et destinés à la musique country. Cela deviendra d’ailleurs le nom d’un des courant de la musique country : « Honky tonk » ou littéralement musique de bastringue, de boîte de nuit, dérive du style de bars dans lesquels elle est habituellement jouée, c’est une musique pour boire et danser.

Mais en dehors de ces lieux typiques, vous trouverez de nombreux bars, restaurants ou encore clubs passent continuellement de la musique country. Parmi eux, les plus célèbres et les plus recommandés pour vivre une véritable expérience country sont :

  • – Dallas : Midnight Rodeo / Double Wide / Cowboys Red River / Son of Hermann Hall
  • – Fort Worth : 8.0 / Billy Bob’s Texas / Stagecoach Ballroom
  • – Austin : Broken Spoke / Old Coupland Inn & Dancehall
  • – Houston : Café Adagio / Rudyard’s / Wild West
  • – San Antonio : First Friday / Cowboys Dancehall

Et sinon, vous pourrez aussi profiter des festivals locaux, parmi lesquels :

  • South by Southwest, Austin – En mars Le SXSW est un ensemble de festivals de musique, de cinéma et de médias interactifs. Créé en 1987, il accueille plus de 2000 artistes se produisant dans plus de 90 lieux à Austin et dans les environs.
  • Off the Rails Country Music Fest, FriscoEn mai Deux jours de musique country accompagnés d’expositions, de food trucks, de bières artisanales et de barbecue. Les visiteurs pourront également s’adonner à des leçons de danse.
  • Crude Fest, MidlandEn mai Produit par Townsquare Media, c’est l’un des festivals musicaux incontournables de l’ouest du Texas. Le festival de 3 jours consacré à la musique met en avant 20 artistes de renommée internationale et attire des dizaines des milliers de visiteurs venant d’horizons divers.

 Ou encore, pour vous mettre dans l’ambiance avant d’y aller, vous pouvez écouter quelques chanteurs ou groupes emblématiques :

  • Willie Nelson : Précurseur du mouvement outlaw country, il a été introduit au Country Music Hall of Fame en 1993
  • George Strait : Désigné comme le “king of country”, il est connu pour son style honky tonk country western
  • Kenny Rogers : Ses compositions ont été utilisées dans de nombreuses bandes originales de films tels que Convoy, Urban Cowboy et The Big Lebowski
  • Randy Travis : c’est l’un des piliers du renouveau de la musique country
  • Eli Young Band : Composé de 4 musiciens, le groupe a gagné le prix de la meilleure chanson aux Academy of Country Music Awards
  • Asleep at the wheel : Groupe fondé en 1970 et originaire d’Austin, il a remporté plus de 9 Grammy Awards.

LA LOUISIANE

Passons à l’état suivant avant d’attaquer le gros dossier de ces articles. Pourtant, la Louisiane n’est pas dépourvu d’intérêt musical. C’est en fait même le berceau de la musique américaine moderne : les musiques afro-américaines comme le blues, le jazz et le rythm & blues ont donné naissance, grâce à de nombreuses influences, au rock’n’roll, au bluegrass, à la country ou encore au hip-hop.

Le jazz reste le genre le plus emblématique de la région. Il est né du métissage entre les instruments apportés par les fanfares militaires françaises et les rythmes africains des esclaves, associé au fameux « spanish tinge » (le Tresillo cubain). Déjà, avant le jazz, la Nouvelle-Orléans française connaissait des traditions musicales bien ancrées : parades des fanfares militaires, bal masqués, messes musicales…

Aujourd’hui encore, Mardi gras permet à la population de rendre hommage à toutes ses influences chaque année.

A la Nouvelle-Orléans, ne manquez pas le parc Louis Armstrong, et le Musée d’État de Louisiane qui possède une exposition permanente dédiée au jazz et à la musique de Louisiane. Mais le mieux est encore de le vivre, le plus souvent dans la rue : au coin de Frenchmen et Chartres, sur Royal Street pendant la journée.

 Ou bien dans les clubs : Snug Harbor, Preservation Hall, Spotted Cat (pour le jazz traditionnel), Apple Barrel’s (plutôt du blues), Maple Leaf, Tipitina’s, Blue Nile (Tous les styles et notamment le funk)

Il ne faut pas rater également les parades Second Line : Presque tous les dimanches dans divers quartiers de la ville, c’est l’occasion de danser au son des brass bands les plus énergiques ou pendant Mardi Gras : pendant les parades du Carnaval, on écoute et on regarde les Marching Bands de la ville. Enfin au cours des messes gospel dans plusieurs églises de la ville (St Augustine dans le quartier de Treme, par exemple).

Là encore, vous pouvez déjà vous imprégner de l’ambiance New Orléans, avec quelques noms :

  • Les précurseurs : Jelly Roll Morton, King Oliver, Buddy Bolden, Sidney Bechet, Louis Armstrong, Fats Domino, Cosimo Matassa et son studio (J & M music studio), devenu aujourd’hui une laverie.
  • Les architectes du son « New Orleans Rhythm and blues » : Allen Toussaint, l’un des plus grands producteurs et compositeurs ayant largement façonné le son “New Orleans”,The Meters, Dr John, Ernie K-Doe, the Neville Brothers…
  • Gospel : Irma Thomas, digne héritière de la Reine du Gospel, Mahalia Jackson.
  • Jazz moderne : Kermit Ruffins, Ellis Marsalis, Irvin Mayfied, Terence Blanchard, Christian Scott, …

Et comme toujours, ne manquez pas les festivals (nombreux), qui vous permettront de profiter de la musique :

  • – New Orleans Jazz & Heritage Festival (Jazz Fest) – Dernier week-end d’avril et premier week-end de mai à la Nouvelle Orléans
  • French Quarter Festival – En avril à la Nouvelle-Orléans
  • – Festival International de Louisiane – En avril à Lafayette
  • Louisiana Cajun-Zydeco Festival – En juin à La Nouvelle-Orleans
  • Satchmo Summerfest – En août à la Nouvelle-Orléans
  • – Festival Acadiens et Créoles – En octobre à Lafayette.

MISSISSIPPI ALABAMA TENNESSEE

Attaquons le gros de notre article : en effet la plupart des grands genres musicaux sont apparus dans le Delta du Mississippi pour remonter ensuite vers le nord. Le Blues, le Gospel, la Country, le Rock’n’ Roll, la majeure partie du patrimoine musical américain vient de cette vaste plaine riche des alluvions que le Mississippi laisse à chaque crue. Pays du coton à partir duquel se développa le blues, musique rurale héritée des esclaves, qui s’exporta vers le nord avec la mécanisation des exploitations, sur la fameuse Highway 61 (Voir notre article sur la Route blues ici).

Si le gospel chante le sacré, le blues, chante les joies et les peines du quotidien, et a d’abord été vu comme la musique du diable. La légende veut que Robert Johnson, musicien génial inspirateur des Rolling Stones ou d’Éric Clapton, ait vendu son âme au diable en échange de sa virtuosité à la guitare. Ses principales héritiers seront B.B.King, et bien sûr le roi hors catégories : le « King » Elvis Presley.

Pour partir sur les traces des plus grands chanteurs et acteurs de cette évolution musicale, vous devez suivre le « Mississippi Blues Trail ». Célébrant le patrimoine de l’état, cette « piste » composé de 160 plaques et crée en 2005, compose un parcours muséographique en plein air sur le monde du Blues, des destins d’artistes connus ou oubliés et des sites historiques. Empruntez le pas de B.B. King, Muddy Waters, Bo Diddley, Howlin’ Wolf, Pinetop Perkins, Robert Johnson ou Johnny Winter, ainsi que des sites majeurs comme un pénitencier, un carrefour ferroviaire, des juke-joints, des hôtels ou une station de radio. Sans oublier la maison natale du King à Tupelo. Une application est d’ailleurs disponible pour suivre au mieux l’itinéraire, voir des vidéos, écouter de la musique etc.….

Sur le même modèle il existe également « Le Mississippi Country Music Trail » qui met en valeur l’apport à la country-music des artistes natifs du Mississippi comme Jimmie Rodgers, Elvis Presley, Bobby Gentry, Marty Stuart ou Tammy Wynette.

Quelques étapes incontournables :

  • Clarksdale : Delta Blues Museum, Ground Zero Blues Club, Red’s Lounge, le Shack Up Inn (dans lequel nous vous invitons à dormir lors de nos circuits !)
  • Cleveland : Dockery Farms Historic District, Grammy Museum,Po Monkey’s (juke joint),Delta State University, Delta Music Institute
  • Crystal Springs : Fondation Robert Johnson
  • Hazlehurst : Robert Johnson Heritage House, Mississippi Music Museum
  • Indianola : B.B. King Museum & Delta Interpretive Center & Club Ebony
  • Leland : Highway 61 Blues Museum
  • Oxford : The Blues Archive (Université du Mississippi « Ole Miss ») / Studio Fat Possum, Sweet Tea Recording Studio
  • Tupelo : Elvis Birthplace & Museum / Tupelo Hardware Store / Johnnie’s Drive In (ou Elvis aimait prendre son milkshake).

Sans oublier les innombrables festivals qui jalonnent l’année de cet état si musical :

  • Clarksdale : Clarksdale Caravan Music Fest / Delta Jubilee / Sunflower River Blues & Gospel Festival Deep Blues Fest / Hambone Festival
  • Cleveland : Crosstie Arts & Jazz Festival
  • Greenville : Mississippi Delta Blues & Heritage Festival (Bridging the Blues)
  • Greenwood : Mississippi Blues Fest / Robert Johnson Blues Festival / Greenwood Balloon & Music Festival / Bikes, Blues & Bayous Mississippi Jazz & Heritage Festival
  • Indianola : B.B. King Homecoming Festival / Mississippi Delta Regional Blues Challenge
  • Leland : Leland Blues Project / Leland Crawfish Festival / Leland Frog Fest
  • Meridian : Jimmie Rodgers Memorial Festival / Country Music Scenic Byway
  • Oxford : Oxford Blues Festival
  • Tupelo : Tupelo Elvis Festival

Faisons maintenant un petit détour par l’Alabama, l’état voisin qui lui aussi connu la migration des peuples noirs et joua un rôle central dans le développement du blues et de la musique country.

Parmi les nombreux musiciens célèbres natifs d’Alabama, citons Nat King Cole, The Commodores, Percy Sledge, Hank Williams, Emmylou Harris, et plus récemment Alabama Shakes.

En Alabama, il ne faut pas passer à côté de l’Alabama Jazz Hall of Fame, à Birmingham et le Hank Williams Museum, à Montgomery. Mais c’est surtout Muscle Shoals qui doit attirer votre attention.

Petite ville située au nord de l’état, on y trouve les Muscle Shoals Sound Studios spécialisés dans la musique soul, ainsi que F.A.M.E. Studios. Fondés en mars 1969, les Muscle Shoals Sound Studios se sont forgés une réputation incontestable, offrant un son unique aux plus grandes icones du Jazz, du Blues, de la Soul et du Rock’n’roll (Paul Simon, Aretha Franklin, Joe Cocker, Wilson Pickett ou encore Bob Dylan…). Après une rénovation complète, les studios ont rouvert en janvier 2017, mettant en lumière les plus grands artistes qui ont marqué l’histoire des studios.

Attaquons maintenant un des plus petits états de notre article et pourtant un des plus important : carrefour du Nord et du Sud des États-Unis, couloir naturel entre les Appalaches et le Mississippi, ici, il y a « toujours un coin qui nous rappelle » que nous avons quelque chose en nous du Tennessee : Country Music, Rock’n’roll, Blues, Soul, Rythm’n’ Blues, sont nés ou ont grandi ici.

C’est simple en 2017 l’état fêtait :  le 40e anniversaire de l’Elvis Week (Memphis) qui, chaque année, marque la disparition du « King », le 50e anniversaire du Country Music-Hall of Fame & Museum et des Country Music Awards (Nashville), le 60e anniversaire de la disparition d’Otis Redding (la star du Studio STAX à Memphis), le 75e anniversaire du premier disque d’or de l’histoire attribué à Glenn Miller pour « Chattanooga Choo Choo » en 1942 (Chattanooga),  le 90e des Bristol Sessions (événement fondateur de la Country Music), et le 125e anniversaire du Ryman Auditorium, la cathédrale musicale historique de Nashville. Rien que ça ! Pas de doute, « la musique originale de l’Amérique est bien « Made in Tennessee » » !

MEMPHIS, LE BERCEAU DU ROCK’N’ROLL

Memphis est incontournable pour tout amateur de musique. C’est ici que la country des blancs, s’unira au blues des Noirs venus du Delta tout proche, a donné au monde le rock’n’roll. Moins d’une décennie plus tard, le rythm’n’blues et la soul allait trouver leur expression sur le terreau des luttes pour les droits civiques, le gospel faisant déjà partie du patrimoine de la cité. Une ville qui alignât à son palmarès les plus grands noms de la musique américaine, à commencer par deux « Kings », Elvis Presley et le bien nommé B.B.King, mais aussi Johnny Cash, Carl Perkins, Jerry Lee Lewis, Roy Orbison, Ike et Tina Tuner, Howlin’ Wolf, Otis Redding, Isaac Hayes, Memphis Slim, Booker T, Aretha Franklin, Sam & Dave, Al Green.

Mais la musique est toujours très « live » et même parfois « wild » sur Beale Street. Le calendrier des événements y est particulièrement dense avec Memphis in May (dont on vous a déjà parlé sur Facebook) ou les concerts au Levitt Shell’s de mai à octobre, là même où Elvis a donné son premier concert pro

A ne pas manquer à Memphis : Sun Studio, Graceland, STAX, Rock’n’Soul Museum, Blues Hall of Fame, Memphis Music Hall of Fame, Beale Street, Orpheum Theatre, Center for Southern Folklore, Gibson Guitar, ST blues Guitar Workshop, Ardent Recording Studios, Gospel à la Mississippi Boulevard Christian Church “The BLVD”, les rooftop parties de l’hôtel Peabody, la roirée « roots » chez Wild Bill…

NASHVILLE, DE LA COUNTRY AUX MUSIQUES DU MONDE

La capitale du Tennessee n’est pas surnommée Music City par hasard. La ville respire la Country du matin au soir depuis des lustres et elle cohabite aujourd’hui avec bien d’autres genres musicaux. Americana, Roots, Folk, musiques latinos, caribéennes ou africaines, il n’y a qu’à demander, preuve que Nashville est une capitale musicale mondiale. Retrouvez aujourd’hui aux manettes de leurs studios, Jack White des White Stripes, mais aussi Dan Auerbach des Black Keys, ou le groupe Kings of Leon.

A ne pas manquer à Nashville : Country Music Hall of Fame & Museum, Grand Ole Opry, Ryman Auditorium, Johnny Cash Museum, George Jones Museum, Musicians Hall of Fame and Museum, Nashville Songwriters Hall of Fame, Printer’s Alley, Honky Tonk, Highway, East Nashville (indie), Gruhn Guitars, Hatch Show Print, Bluebird Cafe, Wildhorse Saloon, ou encore Willie Nelson and Friends Museum et Ernest Tubb Record Shop.

Les festivals ont souvent lieu en plein air. Le Country Music Festival (juin) et les Country Music Awards (novembre) sont deux moments phare de l’année, ainsi que l’Americana Festival en septembre.

Pas besoin de vous préciser un lieu où vous pourrez écouter de la musique à Nashville, c’est la ville entière qui n’est que musique !

Mais on vous propose quelques autres lieux de l’état pour vivre la musique :

  • Knoxville :  de nombreux spectacles couvrant tous les genres musicaux (bluegrass, country ou rock), et les bars autour de la jolie place de Market Square. Concerts gratuits live du WDVX Blue Plate Special quotidiens.
  • Pigeon Forge : on trouve Dollywood, le parc d’attractions créé en 1986 par Dolly Parton. De quoi, écouter de la country au milieu des roller coaster ! Il abrite également le Southern Gospel Museum & Hall of Fame
  • Chattanooga : le Bessie Smith Cultural Center et le Song Birds Guitars Museum
  • Bon Aqua : Le Storytellers Museum (Johnny Cash forever)
  • Bristol : Le berceau de la musique country
  • Brownsville : West Tennessee Delta Heritage Center (Musée de Tina Turner)

LE KENTUCKY

 Toujours plus au nord, le Kentucky est l’état du « bluegrass », musique syncopée d’origine rurale qui se caractérise par l’emploi d’instrument à cordes. Issu des balades folk anglo-celtiques chantées au XVIII° dans la région des Appalaches, le style s’est développé pour devenir codifié dans les années 20. Rarement électrifié, le style va se fondre dans les multiples courants de la country music (dont le Kentucky est l’un des grands foyers), elle-même assortie d’apports divers comme ceux du blues.

Ce sont les boutons de fleurs semés dans les prairies herbeuses qui, prenant des reflets azur métallisé au petit matin du printemps en avril et mai qui valent au Kentucky son surnom de Bluegrass State. Par extension, cette nouvelle musique devint la Bluegrass Music s’identifiant totalement au Kentucky. Bill Monroe en sera l’un des plus farouche représentant (avec sa chanson « Blue Moon of Kentucky » qui sera même reprise par le King)

Quelques sites à voir :

  • – Le National Thumbpicker’s Hall of Fame Museum
  • – La maison de Bill Monroe (Rosine)
  • – L’International Bluegrass Music Museum (Owensboro)
  • – L’US 23 Country Music Highway Museum (Paintsville)
  • – Le Kentucky Music Hall of Fame (Mt. Verno)

Et quelques festivals pouvant se trouver sur votre route (pour rappel, notre programme « Route du Blues Tours » passe par le Kentucky avant de rejoindre St Louis)

  • En mai : LowerTown Arts & Music Festival, Paducah
  • – En juin : The Festival of the Bluegrass, Lexington, W.C. Handy Blues & Barbecue Festival
  • – En juillet : Blues, Brews & Barbecue Festival, Louisville
  • – En août : Kentucky State Fair, Louisville
  • – En septembre : Kentucky Bluegrass Music & Burgoo Festival, Louisville

Le bluegrass est également très populaire en Caroline du nord et tous les ans au mois de septembre 2 festivals lui sont consacré dans la ville de Raleigh : le World of Bluegrass et le Hopscotch Music festival.

Petit Fun fact, c’est au Kentucky, à Louisville, près d’une entrée de la I-64, que deux maîtresses d’école, les sœurs Mildred Jane Hill et Patty Smith Hill qui ont composé en 1893, la chanson de langue anglaise la plus populaire au monde : HAPPY BIRTHDAY TO YOU !

LA FLORIDE

La musique emblématique de la Floride (et surtout à Miami) reste la musique caribéenne. Les côtes de Cuba ne sont qu’à 360 km et la ville a souvent été la porte d’entrée des musiques latines sur le sol américain. La rencontre entre les sons latinos et les musiques traditionnelles des États-Unis a fait naître de nouveaux genres latino-américains tels que la conga, le rock latino ou la salsa.

La salsa cubaine reste le son le plus célèbre. Melting pot musical qui puise ses racines dans le jazz américain et les rythmes cubains. Même si le berceau de la salsa fut Cuba, c’est loin de ses terres que ce genre musical s’est développé. Dans les années 60, après l’arrivée au pouvoir de Fidel Castro les cubains immigrent en masse à Miami et la salsa s’y démocratise. Très politisée, elle devient un symbole de liberté face au régime castriste.

Miami a vu naître de grands noms de la musique latine tels que Celia Cruz ou Gloria Estefan, immigrées cubaines.

Quelques lieux pour s’imprégner de la musique : Ball & Chain, El Patio – Wynwood, Salsa Mia, Bongo’s Cuban Café, Hoy Como Ayer.

Sans oublier au mois de Mars le Calle Ocho Festival :  le carnaval cubain de la calle ocho, qui met à l’honneur la musique latine avec 8 scènes différentes. Et le Miami Salsa Congress au mois de Juillet, festival de musique consacré exclusivement aux musiques latines.

N’hésitez pas à nous demander une création sur-mesure pour découvrir tous ces endroits : https://www.american-motors-travel.com/voyage_sur_mesure.php

Et bien sûr retrouvez la totalité de nos circuits et events sur le notre site : https://www.american-motors-travel.com/