En lisant nos différents articles, vous l’aurez peut-être compris que nous vous préparions quelque chose… On vous a parlé de la Virginie, de Washington, des routes scéniques de l’est, et la semaine dernière du Tennessee… On combine le tout, et cela nous donne notre tout nouveau circuit :  le Blue Ridge Tours. De quoi vous faire découvrir l’est des États Unis, comme jamais il ne vous a été présenté ! Entre routes scéniques, paysages spectaculaires, histoire et rock ‘n’roll, suivez-nous sur ce nouveau circuit à la découverte d’une région peu mise en avant.

Notre périple commence à Washington, on ne va pas vous en reparler (on l’a déjà fait ici et), et on est sûrs que vous trouverez de quoi visiter et vous occuper dans la capitale fédérale… alors, on prend les motos, et la direction de Luray, une charmante petite bourgade aux portes du Shenandoah National Park, principalement connue pour ses magnifiques grottes. Une plongée à plus de 40m sous terre dans un monde minéral et connues pour leur « Great Stalagpipe Organ », sorte de xylophone, qui produit des sons en frappant les stalactites.

Il est maintenant temps de s’attaquer la magnifique Skyline Drive, une route scénique traversant le Shenandoah National Park. Sur 169 km, et culminant à 1120m, c’est une route faite de courbes et point de vue (pas moins de 75) sur les 22 km de sommets de la chaîne des Blue Ridge Mountains recouverte de forêt pour une vraie pause nature !Vos pauses peuvent aussi être l’occasion de faire une petite randonnée pour découvrir les joyaux de ce parc, comme par exemple les Dark Hollow Falls (une cascade bucolique en pleine forêt) …

Le temps de redescendre dans une vallée au charme d’antan (observez les vielles fermes et moulins qui ponctuent le paysage) avant de rejoindre une autre route panoramique la Blue Ridge Parkway (surnommée « La route préférée de l’Amérique », rien que ça !). 755km de courbes et de virages avec toujours des panoramas à couper le souffle. Bien sûr, sur le trajet on vous proposera des étapes et des visites pour sortir des sentiers battus : Natural Bridge (arche naturelle majestueuse) ou les Otter Lake Waterfalls, Blowing rock pour une vue à 360° sur les parcs environnants ou encore Chimney Rock pour admirer un des plus beaux panoramas sur les Appalaches…

Pour une immersion dans la culture du pays, le Hickory Ridge History Museum vous permet de vous plonger dans l’histoire et le Blue Ridge Music Center dans la culture musical de la région. Sans oublier le champêtre moulin à eau de Mabry Mill. Pour ne pas rester en reste, nous vous proposons également de visiter le « Wheels Through Time Motorcycle Museum », un musée dédié aux anciens véhicules de de transports américains et comportant de nombreuses motos dans leur collection. Et comme vous nous connaissez bien maintenant, c’est le moment de la dégustation ! La région regorge de vignobles et il est temps de goûter aux productions pour se faire notre avis ! Nous n’oublierons pas bien sûr les différentes microbrasseries dans la dégustation 😉. Bref, vous ne verrez pas le temps passer sur le Blue Ridge.

Cette route scénique se termine au niveau de la rivière Oconaluftee et l’entrée dans le parc des Great Smoky Mountains en territoire Cherokee. Il est temps de bifurquer vers le Tennessee et de rejoindre Gatlinburg aux portes du parc. Petite bourgade touristique, elle offre tout le divertissement possible avec de nombreux parcs d’attractions, comme toute la région (voir notre article sur le Tennessee).

Comme on sait que vous n’en avait pas eu assez, nous n’avons pas oublier d’ajouter à notre programme la « Tail of Dragons » : 318 virages sur 18 km, un rêve pour tout motard !  et la journée s’enchaînera avec la Cherohala Skyway, Classée National Scenic Byway, une journée de route sans pareil !

 Et ce n’est pas fini, après être passé par la jolie ville de Blue Ridge pour une excursion en Géorgie, vous rejoindrez la ville de Chattanooga, dont on vous a déjà parlé la semaine dernière pour rejoindre ensuite Nashville ( revoir également notre article de la semaine dernière), non sans voir fait avant l’excursion la plus célèbre du Tennessee : la célèbre distillerie Jack Daniel’s !

Alors avec tout ça, prêt à vous frotter aux « scenic drive » de l’est ?

https://www.american-motors-travel.com/

On vous a déjà parlé il y a quelque mois de la route 66 en tant que route de migration (voir l’article ici) mais on a décidé aujourd’hui de revenir sur cette route mythique, qui traverse 8 états et 3 fuseaux horaires.

En 1923, l’entrepreneur Cyrus Avery parvint à fédérer 8 États autour de l’idée de créer un réseau de routes inter-état numéroté pour remplacer les pistes de chasse et de migration des Natives Americans : la première association de la Route 66 est née. Cyrus, homme d’affaires avisé natif d‘Oklahoma, témoin du développement des voitures individuelles et du manque de routes organisées. C’est ainsi qu’il proposa en 1925 à l’American Association of State Highway Officials, dont il était membre, une route qui désenclaverait Chicago, l’Illinois et tous les états traversés vers le Pacifique et Los Angeles, la route passant bien entendu par son État, l’Oklahoma. La Route, baptisé 66, est inaugurée en 1926. Terminée et complètement dallée de béton rose en 1938, il l’appelle la Grande route diagonale, rebaptisée par la suite Main Street of America, la rue principale de l’Amérique, nom qui sera adopté. L’écrivain John Steinbeck lui préférera le terme de Mother Road.

Tour à tour route de migration des pauvres des plaines en quête de fortune, puis utilisée pour le transport des troupes et du matériel militaires, et enfin route des vacances pour des milliers d’américains. Elle fut le poumon économique principale du pays. Pourtant, si la Route 66 fut une des routes majeures des États-Unis pendant plus de trois décennies, elle déclinera peu à peu avec l’arrivée des Interstates dans les années au début des années 70. Le déclin sera lent et laissera sur le bord de la route motels, stations- services et divers épiceries abandonnées…

Le réseau des Interstates sera officiellement inauguré en octobre 1984, et la petite ville de Williams en Arizona aura eu le privilège d’être la dernière ville à être dévié par l’autoroute, ce qui lui confère une notoriété particulière chez tous les amoureux de la Route 66. La Route n’est plus indispensable et ses panneaux sont peu à peu retirés. C’est le début de sa descente dans l’oubli. Mais c’est sans compter la ferveur d’un groupe d’irréductibles défenseurs de le Route, animé par Angel Delgadillo de Seligman, Jerry Richard et Davis Wesson, tous les deux originaires de Kingman. Ils créent en février 1987, l’Association historique de l’itinéraire 66 de l’Arizona. En Novembre 1987, comme pour récompenser leurs efforts et officialiser une prise de conscience historique, l’État de l’Arizona désigne officiellement le tronçon Seligman – Kingman de la Route 66 « itinéraire historique 66 ». La désignation « historique » a été par la suite accordée à l’ensemble du tracé de l’itinéraire 66 de l’Arizona. Ce qui en fait une des parties les plus intéressantes et des plus vivantes du tracé. Difficile de donner aujourd’hui le nombre exact d’associations qui luttent pour la protection de la Route 66, tant ces mouvements sont actifs pour hisser haut ses couleurs, créant festivals, rassemblement de voitures et de motos et spectacles de rue.

Seligman marque aujourd’hui le départ de la plus grande portion ininterrompu de Route 66, une trace de ces petites villes qui vivaient grâce au passage des vacanciers, routiers et autres usagers de la Route. On y trouve de tout : motels antiques, boutiques de souvenirs de la 66 devenus des mini-musées, véhicules vintages et panneaux d’époque… De quoi revivre les grandes heures de cette Route mythique. Et si vous avez de la chance, vous pourriez même rencontrer encore l’initiateur de ce renouveau : Angel Delgadillo est encore dans sa boutique et rase occasionnellement les clients de passage.

Un peu plus loin en direction de Los Angeles, on trouve la ville de Kingman, qui se revendique comme « le cœur de la Route 66 ». Elle est aussi le lieu du festival dont nous vous parlions sur Facebook. Aux Andy Devine’s days , vous trouverez un assortiment de défilés, de musique live, d’exposition automobiles, mais aussi traction de tracteur à main nue, ou taureau mécanique… Et bien sûr compétition de rodéo, le tout accompagné de food truck de nourriture typique américaine ! Bref, de quoi vous amuser tout le week-end !

Andy Devine – était un acteur de cinéma populaire dont la carrière dans les images muettes a commencé dans les années 1920. Andy a grandi à Kingman avant de se rendre à Hollywood et est surtout connu pour ses rôles dans des films occidentaux et des émissions de télévision. Il est apparu dans des films avec John Wayne, Jimmy Stewart et Guy Madison et son travail le plus mémorable était le rôle de Jingles dans l’émission télévisée des années 1950 « Les aventures de Wild Bill Hickok ».

Notre participation au salon Alpes Aventure Motofestival (4-5-6 septembre à Barcelonnette) est l’occasion pour nous de revenir sur nos autres destinations. Nous vous proposons certes, beaucoup de séjour à effectuer au guidon d’une Harley, mais nous avons élargi nos destinations (dans le but de vous proposer un maximum d’évasion) et vous proposons également d’autres façons de concevoir le voyage à moto. Faisons le point les autres destinations :

  • L’ARGENTINE

Cette destination est notre destination phare pour le off-road. Notre programme « Route 40 Tours » est effectuée en BMW GS, pour un périple de 3500km dont 20% de piste !

A l’instar de la Route 66, la Route 40 fait partie de ces routes mythiques à travers le monde qu’il faut avoir parcouru. Elle est un des emblèmes de l’Argentine, traversant le pays du sud au nord, depuis l’extrême sud de la Patagonie jusqu’à la frontière bolivienne, commençant au niveau de mer et pouvant culminer à 4895m d’altitude au col d’Abra del Acay. En 2006, le Route 40 n’était revêtue qu’à 48%, celle-ci étant la plupart du temps à une piste. C’est pourquoi on vous demande une expérience en conduite hors-piste pour profiter au maximum de ce voyage merveilleux.

Entre les cols de haute altitude et ses paysages montagnards, les vallées désertiques, les formations rocheuses majestueuses et les vignobles adossés aux villages typiques, vous en prendrez plein les yeux ! Sans comptez que l’argentine est aussi réputée pour sa viande et sa gastronomie exceptionnelle (sans oublier sa culture viticole très développée !!). Le mieux est encore de vous rendre sur notre site pour découvrir notre programme exceptionnel :

https://www.american-motors-travel.com/voyage-a-moto/argentine/route-40-tours-164

  • L’AFRIQUE DU SUD

Ce n’est pas à proprement parlé une destination off-road pour nous, toutefois, certains cols non goudronnés pourront vous donner quelques sensations ! Là encore, sur notre « Route 62 Tours » nous vous proposons à la location des BMW GS pour profiter au maximum des perles de ce pays.

Cette destination regroupe beaucoup de paysages différents et enchanteurs : montagnes, bords de mer, mais aussi savane pour accueillir les animaux. L’Afrique du sud regorge de joyaux aussi bien culturels que naturels. Et à l’instar de la Route 66, nous vous proposons de prendre la Route 62 qui est également une route mythique. Appelée également Route des vins, elle est l’une des plus longues routes viticoles au monde, puisqu’elle s’étend sur près de 850 km entre Le Cap et Port Elizabeth. Lorsque vous vous enfoncez dans l’arrière-pays, le Klein Karoo vous rappellera sans aucun doute les paysages de Far West Américain (comme vous avez pu le constater lors de notre dernier #FridayQuizz sur Facebook). Par la suite, les vignobles prennent place au cœur des montagnes, des jacarandas et des sources thermales.

Comme on ne pouvait pas vous laisser sur votre faim dans la découverte de ce merveilleux pays, on a décidé de coupler votre périple sur le Route 62 avec un safari au cœur de l’Addo Elephant national Parc, que vous enchainerez avec la Route des jardins et la Route des baleines, pour profiter de tous les joyaux du sud de cet eldorado naturel :

https://www.american-motors-travel.com/voyage-a-moto/afrique-du-sud/route-62-tours-125

  • CANADA

Amoureux de la nature et des grands espaces, n’oubliez pas que nous vous proposons également plusieurs programmes dans ce pays sans commune mesure :

Un programme « Grandeur Nature Tours » chez nos cousins québécois qui vous permet de découvrir toutes les merveilles de cette région francophone. Des villes cosmopolites aux fjord du Saguenay. Vous emprunterez des routes aussi symboliques que le Chemin du Roy, la Routes des Rivières ou encore la Route des baleines, longeant le majestueux St Laurent. Nous y avons ajouté le tour de la région de la Gaspésie, pour une immersion en pleine nature. Alternant entre bords de côte, rives du fleuves et parcs nationaux, votre trajet vous enchantera par l’alternance des paysages observés.

https://www.american-motors-travel.com/voyage-a-moto/canada/grandeur-nature-tours-56

Notre programme « Canadian Dream Tours », vous emmène aux confins du Canada, en Colombie Britannique et en Alberta. Deux régions provinciales réputées pour leurs panoramas majestueux. Là, la nature est plus sauvage, torturée, les montagnes sont plus abruptes et les lacs translucides. En parcourant la route panoramique « Sea to Sky », la promenade des champs de Glace ou encore la Trans-canadian Highway, vous profiterez de points de vue à couper le souffle pour une expérience inoubliable ! Là encore, vous alternerez entre côtes, parcs nationaux et vallées viticoles (eh oui, encore !) et bien sûr découverte de la ville de Vancouver, dont la situation exceptionnelle entre mer et montagne en fait une des plus belles villes du monde !

https://www.american-motors-travel.com/voyage-a-moto/canada/canadian-dream-tours-144

Et grande nouveauté de cette année, nous allons vous proposer un nouveau circuit, cette fois-ci basé sur l’Ontario, une province souvent peu connue. Certes, on y retrouve les villes principales de Toronto et Ottawa, et bien sûr une des merveilles du monde: les chutes du Niagara. Mais c’est aussi un territoire de forêts, de natures sauvages, de côtes escarpées sur des lacs immenses. Vous y retrouverez aussi de l’authenticité en allant à la rencontre des tribus autochtones. Et bien sûr, pour ne pas vous laisser sur votre faim, vous pourrez aller à la découverte des vignobles (pour déguster leurs fameux vin de glace!), et autres microbrasseries…

Sans oublier nos autres destinations : Cuba, le Mexique et l’Australie, que vous pourrez retrouver sur notre site (en cours de mise à jour) :

https://www.american-motors-travel.com/

La Route 61, la route des Bluesmen

Éclipsée par la Mother Road (la 66), la Route 61 reste une des routes mythiques des USA à faire au moins une fois dans sa vie… Elle fut la route des bluesmen qui, en quête d’une vie meilleure migrèrent vers les industries du Nord.

Le Blues est né dans le delta du Mississipi, dans les innombrables champs de coton qui parsemaient le Sud. Les esclaves noirs, arrachés à leurs terres africaines et amenés dans le delta insalubre pour exploiter les terres, n’avaient pas le droit de se réunir, sauf le dimanche où, jour du seigneur oblige, ils avaient l’obligation d’assister à la messe. C’est là que naîtra le Gospel.

Inspiré du Gospel et des chants religieux américain, on retrouve dans le blues un mélange d’origine africaine, de chants évangélistes (les calls & response – appels et réponses souvent utilisés dans les chants gospels, une phrase appelant une réponse, un amen ou un alléluia) mais aussi de chants folkloriques irlandais, immigrants bon marché venus grossir les rangs des travailleurs pauvres du sud.

A l’abolition de l’esclavage, les esclaves maintenant libres, sont restés dans le Sud, dans les plantations, n’ayant d’autres choix qui s’offraient à eux. Même si l’esclavage était aboli, la ségrégation restait prenante, et n’étaient pas autorisés à travailler où ils le souhaitaient. Ils restèrent donc dans les plantations, travaillant pour une misère pour le compte de leurs anciens maîtres.

La ségrégation étant très prenante dans les états du Sud, les travailleurs n’avaient d’autres choix que la révolte (réprimée très durement) ou l’exil vers le Nord. C’est ainsi qu’au milieu des années 20, le blues arriva à Memphis. Memphis était le berceau de la musique Country, mais aussi le lieu où on trouvait tous les studios d’enregistrement du Sud. C’est ainsi que les premiers disques furent pressés. Le développement du Blues y fut très rapide, à tel point qu’un quartier lui fut même dédié et il s’actionne encore aujourd’hui autour de Beale Street.

On assistera aussi à ce moment-là au développement du Rythm’Blues, mélange du Blues et de la Soul remontée elle aussi du Delta du Mississipi. Viendra ensuite l’essor du Rock’nd Roll dans la même ville, avec notamment Elvis Presley.

Finalement, aucune date exacte ne ressort pour la naissance de la musique blues. Elle se transmettait apparemment de tradition orale dans les plantations. W.C.Handy, serait le premier à mettre en partition cette musique si particulière au début des années 1900. Fils d’un pasteur évangéliste, il découvrit apparemment le blues en attendant le train dans le delta du Mississipi où il fut réveillé par un  » vieux Nègre barbu qui jouait sur sa guitare avec un couteau » donnant ce son si particulier au Blues.

Dans les années 30, le Blues remonte progressivement jusqu’à St Louis, qui est un véritable carrefour de migration, soit Nord/ Sud pour les travailleurs pauvres ou bien vers la conquête de l’Ouest avec la Route 66. Le Blues intégrera à ce moment-là de nouvelles techniques comme le Flatpicking (fait de porter un médiator) venu de Caroline du Nord et se rapprochant du son du banjo.

Le Blues parle de Dieu mais aussi du Diable, ainsi la légende raconte que R. Johnson, travailleur noir des champs de coton, aurait passer un pacte avec le diable (vers 1930-1932) pour savoir jouer de cette musique comme personne. La légende perdure puisqu’aujourd’hui à Clarksdale, vous pouvez voir le monument aux 3 guitares érigé au carrefour où aurait été passé le pacte. Il mourra finalement à 27 ans en 1938, sans avoir eu le temps de connaître la gloire. Mais en 2003, le magasine Rolling Stones, l’a élu cinquième meilleur guitariste de tous les temps.

Le Blues arrive enfin à Chicago à la fin des années 30. La ville attire par le travail ouvrier en abondance, c’est une terre promise pour de nombreux travailleurs et la ville connaîtra une grosse immigration dans ces années post-dépression. Beaucoup de musiciens jouent dans les bars de la prohibition, pour oublier leur dur labeur mais qui permet de distraire les bien-pensants dans la capitale du crime.

On trouvera autour de Lawrence Street, un bon nombre de tripots qui se développent, avec notamment le Green Mills (bar de jazz et blues dans lequel on peut toujours y voir des show-case).

Le Blues devient alors une des principales attractions de la Ville. Il se développe et change avec les guitares électriques. Elles permettent d’amplifier le son et le Blues devient un Blues urbain. (Allez d’ailleurs voir la collection de guitare du Buddy Guy Club, tout en assistant à un concert).

Au final, le blues sera la base de nombreux courants : le rythm ‘and blues, le rock, mais aussi dans une certaine mesure le slam ou le hip-hop.

Alors, prêt à rouler dans les pas des bluesmen du sud remontant vers la liberté ? découvrez notre programme sur notre site :

https://www.american-motors-travel.com/voyage-a-moto/etats-unis/route-du-blues-tours-72